CULTURE-MEDIA

Le média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« JOURNÉE DE L’ARTISAN MÉROVINGIEN », CE 30 JUILLET, À NAMUR / EXPOSITION JUSQU’AU 24 SEPTEMBRE

« JOURNÉE DE L’ARTISAN MÉROVINGIEN », CE 30 JUILLET, À NAMUR / EXPOSITION JUSQU’AU 24 SEPTEMBRE

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « JOURNÉE DE L’ARTISAN MÉROVINGIEN », CE 30 JUILLET, À NAMUR / EXPOSITION JUSQU’AU 24 SEPTEMBRE

« JOURNÉE DE L’ARTISAN MÉROVINGIEN », CE 30 JUILLET, À NAMUR / EXPOSITION JUSQU’AU 24 SEPTEMBRE

 

© Ville de Namur © Photo : « Ludotium »

*** Dans le cadre de son exposition « Reflets-L’Artisanat mérovingien révélé »le « Musée archéologique » organise sa « Journée de l’Artisan mérovingien »dans le jardin du pôle muséal « Les Bateliers »ce dimanche 30 juillet, de 10h à 18h.

Illustration du travail de la laine, à l’époque mérovingienne

Le travail de la laine © asbl « Ludotium »

Cette journée familiale gratuite, nous propose de pouvoir participer à des ateliers participatifs de peinture naturelle et du travail de la laine (par l’asbl « Ludotium »), ainsi qu’à nous initier aux fouilles archéologiques, la visite de l’exposition temporaire du  musée étant prévue.guidée par la conservatriceAnnick Lepot, ou par l’assistante scientifique, spécialiste de la période mérovingienne,  Amélie Vallée.

Annick Lepot, conservatrice du Musée archéologique

Compagnons du Cerf ? Vikings !

Au travail, comme à l’époque © asbl « Les Compagnons du Cerf »

En outre, nous pourrons assister à des démonstrations de fabrication de perles, d’objets damasquinésde tissagede travail du cuir  (par la compagne de reconstitutions historiques « Les Compagnons du Cerf »), de teinture naturelle et de tournage de céramiques  (par l’atelier « Figvlina »).

Tournage de céramiques © Photo : « Le Blog du Bol »

Réservations obligatoires et renseignements 081/24.87.20.

*** Présentation de l’exposition « Reflets-L’Artisanat mérovingien révélé »accessible jusqu’au dimanche 24 septembre.

Aperçu de l’image

© Ville de Namur

Dans l’attente de l’inauguration des nouveaux locaux du « Musée archéologique » de Namur, créé en 1849, cette très intéressante exposition temporaire nous est présentée, à côté de l’ « Hôtel de Maître de Groesbeek de Croix« abritant le « Musée des Arts décoratifs ».

C’est en 1655 qu’une publication est éditée concernant la découverte, en 1652, à Tournai, de la tombe du roi des Francs Childéric 1er (vers 436-481) – le père de son successeurle roi Clovis 1er (466-511) -, événement à l’origine de l’archéologie mérovingienne, en Europe.

En première section de l’expositiondeux vitrines évoquent le métier d’archéologue, de l’époque où l’on plaçait les petits pièces de monnaie dans des simples anciennes boîtes d’allumettes, jusqu’aux techniques actuelles de radioscopies, telles celles, exposées, réalisées sur des objets trouvés dans des tombes du cimetière mérovingien du village d’Omal, section de la Ville de Geersise en Province de Liège.

Reconstitution des vêtements et des armes d’un Mérovingien (illustration hors exposition)

Toujours en relation avec cet ancien cimetière d’Omalsis au lieu dit « Sainte-Marie Vaux »dans la seconde section, nous découvrons  deux vitrines, l’une concerne ce qui a été trouvé, en 1971, dans la tombe d’un guerrier (dont une superbe épée et le centre métallique de ce qui fut en bouclier en bois), des fouilles archéologiques approfondies s’étant déroulées de 1973 à 1994, avec l’appui de l’ « UCLouvain » et d’ « Archéolo J ».

La deuxième vitrine est supposée nous présenter la tombe d’une Mérovingienne, de nombreuses perles y ayant été découvertes, maintenant , comme aujourd’hui, des hommes peuvent, aussi, porter des perlesla question des genres n’étant pas toujours évidente.

Vient la troisième section, particulièrement riche, de grands panneaux didactiques mettant en valeur les pièces exposées, certaines, comme une longue épée à chevron damassé du 7è siècle (7è page du guide du visiteur, disponible à l’accueil), ayant été reproduites. Outre cette photographie, nous trouvons des schémas de fabrication d’une lame damassée à trois barres torsadées.

Boucle de ceinture © Musée archéologique/Ville de Namur

De nombreuses boucles de ceintures nous sont présentées dans une vitrine, dévoilant leur damasquinuretechnique de décoration du ferhéritée des artisanats de l’âge du fer et romainégalement influencée par les pratiques orientales. Elle consiste à réaliser des dessins par incision des surfaces métalliques, puis à incruster des fils de métalargent ou laiton. Notons la présence, à l’arrière, de la reproduction d’une  damasquinure, réalisée, en 2023, par l’historien Luc De Vosdocteur en philologie et philosophie.

Si les textiles n’ont pu être conservésattachées à certaines piècesles archéologues ont découvert, notamment, des poils de castors, lapinsmarmottesrenards, …, qui provenaient de textiles des 6è ou 7è siècles, ce que nous démontrent deux vues au microscope électronique à balayage, présentées sur ce même panneau.

Aucune description de photo disponible.

Ensemble de fibules mérovingiennes (illustration hors exposition)

En avançant dans la salle principale, qui devrait devenir le restaurant du musée, nous trouvons d’autres vitrines, l’une nous présentant de fort jolies fibules, l’une d’elles, cloisonnée en argent et grenats, le champ central étant décoré de petits fils d’argent en arc de cercle, datant probablement du 6è siècle, trouvée à Franchimontau lieu dit « Tombois »en Province de Namur (p. 14 du guide du visiteur), des schémas d’assemblages état repris sur un panneau.

Jouxtant cette vitrineun écran nous propose trois courts-métrages, nous montrant comment l’on pouvait créer ces objets, en cette lointaine époque. Nous voyons, ainsi, un forgeron au travail, à Charleville-Mézières, avant d’assister au soufflage d’un gobelet en verreréalisé par un verrier de la Faculté d’Archéologie de l’ « Université de Leiden », aux Pays-Baspour le « Musée du Verre de Leerdam ». Enfin, nous nous retrouvons, plus près de nous, dans le parc du « Musée de Mariemont »le 3è court nous montrant la reconstitution d’un four à potier mérovingien, avec des représentants de l’ « ULiège » et de l’ « Agence wallonne du Patrimoine », ainsi que des céramistes.

Etat de découverte archéologique des pièces métalliques du coffret © Musée archéologique/Ville de Namur

Les mêmes pièces nettoyées, telles qu’exposées © Musée archéologique/Ville de Namur

En face, un coffret attire notre attention. Il n’est forcément pas d’époque, mais, dans une vitrine voisine, nous découvrons une série de  petites pièces métalliques de la fin du 6è siècle-début du 7è (charnièresclefcornières des quatre anglesmécanisme et poignée). Partant de ces pièces, le coffret exposé vient d’être réalisé, chaque visiteur pouvant utiliser la clefreconstitution de la pièce archéologique, pour ouvrir, comme à l’époque, ce coffretquidans sa version historique, fut posé dans la sépulture d’une Mérovingienne privilégiée, du  Village d’Omal.

Coffret, reconstitué en 2023 © Musée archéologique/Ville de Namur

Avant d’arriver à ce coffret, nous aurons vu nombre de perles, qui, bien sûr, n’étaient plus présentes en bracelets ou en colliers, telles qu’elles nous sont proposées en vitrines, mais qui étaient particulièrement nombreuses à l’époque mérovingiennele plus souvent en verre ou en ambreune résine fossile translucideparfois en quartz ou en écume de merun minéral blanc et tendre ressemblant à de l’écume. A noter que dans les tombes masculines, elles sont parfois rassemblées dans une aumônière ou associées à une épée. Soulignons, par ailleurs, que la majorité des perles en verre proviennent de l’Egypte et de la côte syro-palestinienne, venant, également, de la Mésopotamiedu Sri Lanka (Ceylan, à l’époque) et de l’Inde.

Le verre mérovingien © Musée archéologique/Ville de Namur © Photo : Amélien Ledouppe

Objet en verre © Musée archéologique/Ville de Namur

Les verres mérovingiens sont soufflés et parfois moulésles analyses physico-chimiques permettant de caractériser les matières premières employées par les verriers et d’en déduire les provenances, parfois lointaines. Notons la présence d’une coupe en verre souffléà décor chrétien, trouvée dans le cimetière mérovingien du Village de Prixsection de la Ville de Walcourten Province de Namur.

La poterie mérovingienne © Musée archéologique/Ville de Namur © Photo : Amélien Ledouppe

Au début de la période mérovingiennedurant le 5è siècle, les productions de poteries étaient encore largement inspirées par les traditions romaines. Ensuite, jusqu’à la moitié du 7è siècleles productions régionales prédominent, avec des écuellespots et gobelets aux formes biconiques.

Vase à carène mérovingien façonné au tour - httpwww.culture.gouv.frpublicmistraljoconde_frACTION=RETROUVER&FIELD_98=DENO&VALUE_98=vase%20%e0%20car%e8ne&NUMBER=3&GRP=0&REQ=%28%28vase%2

Vase à carène mérovingien façonné au tour(illustration hors exposition) © Photo : Luc Camino

En étant attentifs, sur le mur du fond de la salle, nous découvrons un petit présentoir, avec deux pièces historiques, datant de 500-550,  trouvées dans la cathédrale de Tournai, et la représentation d’un poinçon tronconique en bois de cervidédont l’extrémité la plus large est gravée d’une rosace à huit branches.

De ces poteriesobjets en verreperlesjusqu’aux boucles de ceintures et autres épéescette expositionparticulièrement didactiquemérite le détour, une occasion rêvée pour apprendre à nos enfants comment nos lointains ancêtres vivaient dans nos régions.

Ce qui sera, aussi, le cas des enfants du Nord de la Francecette exposition étant prévue (les dates précises étant à confirmer), au  « Musée de l’Ardenne »à Charleville-Mézierescette Ville, du Département des Ardennes, ayant été représentée lors du vernissage   à Namurle jeudi 02 marspar David Nicolasattaché au service des musées de la Ville de Charleville-Mézieres.

Le futur « Musée archéologique » et le jardin de « Clos des Bateliers » © Ville de Namur

Icià Namur, cerise sur le gâteau, la possibilitépour tousde participer à des ateliers gratuitsce dimanche 30 juillet, de 10h à 18h,  dans le jardin du pôle muséal « Les Bateliers »sis entre la Sambre et la place Saint-Aubain, l’accès à cette exposition et au jardin se faisant par l’entrée du « Musée des Arts décoratifs », sise au N° 3 de la rue Joseph Saintraint.

A l’accueil, le guide du visiteur est disponible (broché/2023/28 p./08€), alors que nos enfants peuvent obtenir, gratuitement, un livret didactique (broché/32 p.).

© Ville de Namur

Ouverture du « Musée archéologique » (entrée par celle commune du « Musée des Arts décoratifs ») : jusqu’au dimanche 24 septembre, du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Entrée libreContacts : 081/24.87.20.

Cuisine de l’ « Hôtel particulier de Groesbeeck-de Croix » © Ville de Namur

Et pour les visiteurs qui n’auraient pas encore découvert le « Musée des Arts décoratifs », profitez de l’occasion pour découvrir ses collections permanentesprésentées au sein des pièces d’habitation de l’ « Hôtel de Maître de Groesbeeck-de Croix » – édifié au XIIIè siècle et réaménagé au XVIIIè siècle -, dont sa superbe cuisinedans laquelle des scènes de plusieurs films furent tournées.

Yves Calbert.

About Author