CULTURE-MEDIA.BE

Média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« FRANK PÉ PAR-DELÀ LA BÊTE », AU « GRAND CURTIUS », À LIÈGE, JUSQU’AU 19 FÉVRIER

« FRANK PÉ PAR-DELÀ LA BÊTE », AU « GRAND CURTIUS », À LIÈGE, JUSQU’AU 19 FÉVRIER

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « FRANK PÉ PAR-DELÀ LA BÊTE », AU « GRAND CURTIUS », À LIÈGE, JUSQU’AU 19 FÉVRIER

« FRANK PÉ PAR-DELÀ LA BÊTE », AU « GRAND CURTIUS », À LIÈGE, JUSQU’AU 19 FÉVRIER

Exposition Frank Pé. Par-delà la Bête

« La Bête », Tome 2 © Frank Pé © « Dupuis »

Nous pouvons, jusqu’au dimanche 19 février, nous retrouver en pleine jungle de Palombie, afin de rencontrer le « Marsupilami »  (« Marsupilamus fantasii »), qui – créé, il y a 71 ans, par André Franquin (1924-1997), au sein de la BD « Spirou et les  Héritiers » (1952), obtint sa propre série, en 1987, sous le coup de crayon de « Batem » (°Luc Collin/Kamina-Congo /1960) et le scénario de « Greg » Michel Regnier/1931-1999) – a trouvé une nouvelle vie, quelque peu plus sauvagegrâce à Frank Pé  Ixelles   /1956 ), ce dernier et son « Marsupilami » étant superbement exposésau « Grand Curtius »à Liège, au sein de l’exposition   « Frank Pé par-delà la Bête »scénographiée par Christian Antoine & Frank , lui-même.

« Ici, j’avais l’idée d’un animal sauvage acculé dans un coin, malheureux et légèrement menaçant. Le symbole négatif de la cage. Le fond rouge exprime la colère de ‘La Bête’ et la queue, mobile dans tout l’espace, une menace supplémentaire. Les bras, posés sur le sol façon gorille ou chimpanzé, nous rappellent des animaux connus et renforcent la crédibilité de cet animal inventé, ou presque. C’est  ‘Zidrou (son scénariste, né Benoît Drousie/Anderlecht/1962/ndlr), à qui j’avais envoyé le projet définitif, qui a suggéré la bouche légèrement ouverte montrant les dents. C’était la touche finale, détail indispensable. C’est bien plus tard que j’ai réalisé que cette couverture était faite des trois couleurs noir, jaune, rouge, couleurs du drapeau belge. La Belgique, et Bruxelles, qui sont presque des personnages de cette histoire touchante et truculente », écrit Frank Pé.

Exposition Frank Pé. Par-delà la Bête

« La Bête », Tome 2 © Frank Pé © « Dupuis »

Sa connaissance du monde animal, qu’il n’a cessé de côtoyer pendant 45 ans de carrière, lui a permis de donner une nouvelle vie à l’une des plus incroyables créatures de la bande dessinée belge, dont les albums sont édités par « Dupuis », une maison d’édition de  Marcinelle, qui vient de fêter son 100è anniversaire.

Photo salles expo Frank Pé Grand Curtius 2022_2

Oeuvres dessinées, peintes et sculptées © Frank Pé © « Grand Curtius »

Les oeuvres exposées nous étant présentées en avant-première, en prélude à la publication du Tome 2 de « La Bête« , au sein duquel le « Marsupilami » de Frank Pé nous révèlera de nouveaux pans étonnants de son animalité, afin de présenter « La Bête », lisons le synopsis du Tome 1 (Ed. « Dupuis« /2020) : « Capturé, en pleine Palombie, par des Indiens Chahutas et vendu à des trafiquants d’animaux exotiques, un ‘Marsupilami’ débarque dans les années 50 au port d’Anvers. Réussissant à s’enfuir, il arrive dans la banlieue de Bruxelles et est recueilli par François, un jeune garçon fan d’animaux, dont le quotidien est loin d’être facile. »

Critiques de la presse, concernant l’édition de ce Tome 1 de « La Bête » :

pour « L’Echo » :  » ‘Zidrou’ (le scénariste/ndlr) offre à Frank Pé un bel hommage à l’animal fantastique, créé par Franquin, le dessinateur laissant parler son sens du détail et de la maîtrise du dessin animalier. »

par Baptiste Liger, pour « Technikart » « Un authentique bijou, l’un des plus beaux albums de la rentrée. »

par François Lestavel, pour « Paris-Match » : « Frank Pé propulse cet album vers des sommets graphiques. »

par Philippe Belhache, pour « Sud Ouest » « Magistral. »

Photo salles expo Frank Pé Grand Curtius 2022_5

Quelques-unes de ses aquarelles, peintures à l’huile, sérigraphies © Frank Pé © « Grand Curtius »

Outre la présentation de « La Bête »l’exposition liégeoise « Frank Pé par-delà la Bête » remonte le fil rouge animalier de l’œuvre de ce brillant dessinateurde « Broussaille » à « Zoo » et de « Spirou » à « Little Némo », ainsi que toutes ses autres incursions dans les domaines aussi variés que le dessin animé, l’illustration ou la sculpture, ses fresquesdébordantes d’animaux en mouvement, étant des odes à la vie.

« La Lumière de Bornéo » © Frank Pé © « Dupuis »

Lorsque nous évoquions André Franquin, notons que Frank Pé, dans la série « Le Spirou de … »des Editions « Dupuis », avait, également sous le scénario de « Zidrou », dessiné un « one shot » des aventures de « Spirou » : « La Lumière de Bornéo »  (2016), un album superbement présenté au sein de « Frank Pé, au delà de la Bête », nous dévoilant un « Spirou », portant des  lunettes (mais oui, il n’a plus 20 ans, cet héros mythique, crée, en 1938, par « Rob-Vel »/Robert Velter/1909-1991).

Concernant ce « one shot »Frank Pé écrivit : « C’est André Franquin qui m’a quasiment éveillé à la bande dessinée, avec une ouverture du coeur qui m’est restée jusqu’à maintenant, et qui n’a fait que s’amplifier au fil des ans. L’envie de faire un ‘Spirou’ m’a toujours titillé, … (mais) surtout, il ne s’agit (pas) de faire du Franquin, mais de faire du ‘Spirou’, tout simplement, à ma manière, … d’animer un personnage positif crédible qui va parler à mes contemporains. »

« Little Némo » © Frank Pé © « Dupuis »

Face à cette vitrineconsacrée à son « Spirou », soulignons la présentation d’une commande de la « Galerie 9ème Art », à Paris « Little Némo », une interprétation dessinée d‘ « Art nouveau »« hymne à l’onirisme et à l’enfance », éditée en deux tomes par  « Toth » (« Wake up ! »/2014 & « Keep on dreaming »/2016), et ré-éditées, en un tomepar « Dupuis », les dessins et scénarios étant de Frank Pé, qui nous offre son clin d’oeil au « Little Nemo » du dessinateur américain Winsor McCay (entre 1867 et 1871-1934), une oeuvre originale fort bien présentée au « Musée de la Bande dessinée » (« CBBD »), à Bruxelles.

Dans une vitrine, en pensant qu’à Bruxelles, 2023 est l’ « Année de l’Art nouveau », nous découvrons, aussi, « Manon », inspirée, de l’oeuvre d’un peintre-illustrateur de l’ « Art nouveau »Alfons Maria Mucha (1860-1939), Frank Pé ayant réalisé un superbe triptyque, intitulé « Manon et les Guépards ».

Sur des scénarios de Philippe Bonifay (°Toulon/1959), dans la collection « Aire Libre »des Editions « Dupuis »Frank   dessina, également, les trois tomes de « Zoo » (1994, 1999 & 2007), « une aventure humaine prenante et émouvante , unique en son genre, tant par son décor, la beauté de ses animaux, l’ambiance hors du temps qui y règne, que par l’épopée qui s’y déroule », où nous retrouvons l’une de ses égéries, dont il apprécie réaliser de forts jolies aquarelles et autres sérigraphies, particulièrement lumineuses, où on la voit, en coloris minimalistes, pudiquement nue, naturelleau milieu des animaux.

Exposition Frank Pé. Par-delà la Bête

« Manon » au « Zoo » © Frank Pé © « Dupuis »

Outre des peintures et des sculptures de Frank Pé, nous trouvons, enfin, le personnage qui fit sa renommée« Broussaille », qui connu cinq aventures, éditées par « Dupuis »de « Les Baleines publiques » (1987/album inspiré par un squelette de cet animal marin, qu’il découvrit, suspendu au-dessus de l’accueil du « Musée des Sciences naturelles » ) à « Une Faune sur l’Epaule »  (2003), dont il rédigea le scénario, les quatre autres tomes étant scénarisés par « Bom »« Broussaille » étant un « hymne flamboyant dédié à l’optimisme et au bonheur, rayon de soleil, éclatant de joie de vivre et d’émerveillement« , … ce dont nous avons vraiment tous tant besoin ces derniers temps ! …

« Broussaille » au « Musée des Sciences naturelles » © Frank Pé © « Dupuis »

« Un des plaisirs du travail sur la lumière est d’aller un peu trop loin. Surexposer ou perdre dans l’ombre peut réveiller le fantastique qui sommeille en chaque image », écrivit Frank Pé, qui, ayant étudié trois ans à l’ « Institut Saint-Luc »à Bruxellescommença à dessiner, en 1973, alors qu’il était toujours étudiantdans « Spirou », l’hebdomadaire au sein duquel sa première BD, une « Belle Histoire de l’Oncle Paul »consacrée à Auguste Rodin, fut publiée en 1982.

Exposition Frank Pé. Par-delà la Bête

« Broussaille » au Japon, dans « Sous deux Soleils » © Frank Pé/ »Dupuis »

Notons que « Broussaille » fut à l’origine du renommé « Parcours BD » bruxelloisFrank Pé ayant été le premier, en 1991 (restauration en 1999), à peindre une image de BD sur un mur de notre capitale, dans la rue du Marché au Charbon, à côté du légendaire café-brasserie « Plattesteen »nous montrant, sur un fond bleu cobalt (« couleur de rêve », selon lui), mis en abîme « Broussaille » et son amie « Catherine » marchant en ce même lieu, la présente fresque étant même reproduite, en plus petit, à l’arrière plan.

"Broussaille & Catherine" (c) "Parcours BD"

« Broussaille & Catherine » © « Parcours BD » (hors exposition)

Concernant ses sculpturesen bronze et en terre, Frank Pé écrivit : « Au départ, j’ai fait ces sculptures par plaisir. Mais de fil en aiguille, on en a  tiré des bronzes. Cette démarche est finalement assez juste puisque, dans ‘Zoo’, il y a un sculpteur animalier qui vit en 1914, à l’époque où Rodin et Bugatti, mes sculpteurs préférés, travaillaient … Et je tiens plus pour référence ces œuvres là que le contexte des objets BD actuels.« 

Photo salles expo Frank Pé Grand Curtius 2022_3

L’une de se sculptures © Frank Pé © « Grand Curtius »

Notons que Frank Pé dessina des calendriers pour la « Fédération des Scouts catholiques de Belgique », ainsi que de nombreuses affichesdont, en 2003, celle du « BIFFF » (« Brussels International Fantastic Film Festival »), ou encore, en 2005, pour le « Zoo d’Anvers », sans oublier celles qu’il réalisa pour promouvoir différentes expositions de la bande dessinée belge, au  « Lafayette Natural History Museum » et à l’ « Univerity of Louisiana », aux Etats-Unisà l’ « Alliance française de Sydney »en Australie, ou encore à la « Hong-Kong Central Library », en Chine.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est R.384c457860830cd89693fc1c1d949ef1

Frank Pé © « La Ribambulle »

Côté cinéma, engagé, en 1996, comme « character designer », par la société californienne « Warner Bros »Frank Pé travailla sur le dessin animé « Excalibur », avant de collaboré, à Berlin, avec « Cartoon-Film », sur les longs-métrages allemands « Plume et l’Île mystérieuse » (Piet De Rycker & Thilo Rothkirch/2005/80′) et « Kleiner Dodo » (Thilo Rothkirch & Ute von Münchow-Pohl/2007/75′).

« Robinson Crusoé » © Vincent Kesteloot & Ben Stassen (hors exposition)

Frank Pé travailla, ensuite, avec le studio belge « nWave »sur « Robinson Crusoé » (Vincent Kesteloot & Ben Stassen/Bel.-All.-Fra.-Sui.-USA/2015/90’/film lauréat du « Prix du meilleur Long Métrage d’Animation »décerné par « Studiocanal », en  Allemagne), notre collègue Sophie Avon ayant écrit, pour « Sud Ouest » : « L’histoire du plus célèbre naufragé, revue et corrigée par les animaux qui l’ont vu débarquer sur leur île. Une animation en 3D, précise et stylisée ».

Photo salles expo Frank Pé Grand Curtius 2022_4

Une attrayante scénographie © Frank Pé © « Grand Curtius »

Revenant à l’exposition liégeoise, soulignons encore, encore, la présentation de son ambitieux projetintitulé « Animalium », qui nous proposera un regard résolument original sur le monde animal, via ce parc animalier, qui devrait être créé dans une ancienne carrière,  sise à quelques kilomètres de Namur, un lieu idéal pour l’installation d’un tel zoo thématisé mettant l’art animalier à l’honneur.

Jean Auquier, ancien conservateur du « CBBD », écrivit : « Depuis qu’il a découvert les zoos, il rêve d’en construire un à sa façon. Comment placer l’art au coeur d’une structure faite pour le bien être animal, assurant sa part de travail scientifique pour la sauvegarde des espèces et comment accueillir les visiteurs dans un projet qui, à tout instant, doit être créatif et harmonieux, porteur de valeurs ».

« Amoureux des formes et des couleurs qui nous entourent, admirateur de FranquinFollet ou MuchaFrank Pé est un créateur d’histoires et d’images exceptionnellement doué, … mariant avec bonheur l’émotion et la représentation de la nature.« 

Côté parcs animaliers, notons encore l’implication de ce brillant artiste pour « Pairi Daiza », à Brugelette, ayant réalisé des projets  concernant, d’une part, un « bain des buffles », devant un temple indonésien, et d’autres part, un bain des éléphants, destiné à l’entrée du domaine.

Photo salles expo Frank Pé Grand Curtius 2022_1

Quelques-unes de ses aquarelles, peintures à l’huile, sérigraphies © Frank Pé © « Grand Curtius »

Assurément, au « Grand Curtius », nous allons bien « au de-là de la Bête », en découvrant l’ensemble de l’oeuvre de Frank Pé, qui obtint :

  • 1990 : pour le tome 3 de « Broussaille », « La Nuit du Chat » (scénario de « Bom » {Michel De BomUccle/1950}) : l’ « Aph’Art du Public » & le « Prix oecuménique de la Bande dessinée »au « Festival international de la Bande dessinée d’Angoulème »en France, qui fêtait, cette année, sa 50è édition.
  • 1996 : pour « Zoo » (scénario de Philippe Bonifay Toulon/1959}) : « Prix Max et Moritz »à Erlangen, en Allemagne.
  • 2002 : « Prix pour l’ensemble de son Oeuvre »au « Festival de la Bande dessinée et de l’Image projetée Quai des Bules »à Saint-Maloen France.
(c) "Dupuis"

3è tome de « Broussaille », lauréat de 2 Prix, au « Festival d’Angoulème » © Frank Pé © « Dupuis »

Sur deux étages, cette intéressante exposition de plus de 300 oeuvres, nous présente des planches originales, des agrandissements, quantité de croquis et de recherches, avec un double objectif « Valoriser l’aspect spectaculaire du travail de Frank Pé, et apporter une dimension pédagogique pour les visiteurs des écoles d’Art. »

Comme écrit dans le dossier de presse : « C’est l’occasion de voir : comment l’on élabore une planche, une histoire ; quelles sont les règles de la mise en couleurs, en BD ; quel sens cela a-t-il de créer du dessin figuratif dans le contexte artistique contemporain ? « 

Notons dans nos agendas, que le dimanche 19 février, de 11h à 12h, à l’occasion du finissage de l’exposition, une visite de clôture  sera guidée par la commissaire de l’exposition, Lydia Simon, licenciée et agrégée en Histoire de l’Art et Archéologieà l’ « ULiège »professeur d’Histoire de l’Art et de Philosophie à l’ « Institut Saint-Luc »à Liège.

Frank Pé. Par-delà la Bête – Les Musées de Liège

© Frank Pé © « Grand Curtius »

Ouverture : jusqu’au dimanche 19 février, du mercredi au lundi, de 10h à 18h. Prix d’Entrée (n’incluant pas les collections permanentes) : 5€ (0€, pour les étudiant.e.s). Affiche de l’Exposition : 2€Contact : 024/221.68.17 &  infograndcurtius@liege.be. Site web http://www.grancurtius.be.

Grand Curtius – Les Musées de Liège

© « Grand Curtius »

Plus généralement, soulignons que le « Fonds de Planches originales de Maîtres du Neuvième Art du Cabinet des Estampes et des Dessins »du « Musée des Beaux-Arts » de Liègea été reconnu, en 2019, comme « Trésor de la Fédération Wallonie-Bruxelles », une belle reconnaissance de la dynamique transversale existant au sein des musées de la Ville de Liège, destinée à mettre en valeur la création en BD.

Créé dans les années ’70, ce « Fonds de Planches originales » réunit, aujourd’hui, près de 300 planches originales de dessinateurs et scénaristes reconnus, parmi lesquels Didier ComèsFrançois CraenhalsYvan Delporte, André Franquin, Jean Graton Michel GregRené Hausman« Hermann » (Hermann Huppen), Edgar-Pierre Jacobs« Hergé » (Georges Remi), Edgar-Pierre Jacobs« Jijé » (Joseph Gillain), Raymond Macherot, Jacques Martin, « Morris » (Maurice de Bevere), « Peyo »  (Pierre Culliford) & Maurice Tillieux.

« Palais Curtius » et édifice moderne du « Grand Curtius » © Ville de Liège

Concernant le « Grand Curtius » – dont le coeur est le « Palais Curtius » , demeure patricienne, édifiée entre 1600 et 1610, sous la conduite de l’architecte liégeois Jean De Corte (dit Curtius/1551-1628) – notons qu’il s’agit d’un musée d’art et d’histoire, rassemblant, sur plus de 5.000m2, de riches collections, réparties en cinq départements ArchéologieArmesArts décoratifsArt religieux et Art mosan, ainsi que Verrecette dernière section étant fermée, jusqu’à la fin des travaux du nouveau tram liégeois.

Marsupilami - ©Daniel Fouss/CBBD

« The Houba Show », à Bruxelles © « CBBD »

Pour en revenir au « Marsupilami », celui d’André Franquin, signalons que le « Musée de la Bande dessinée » (« CBBD »), à  Bruxelles, nous propose, jusqu’au dimanche 16 avril« The Houba Show »ce musée ayant consacréde mars à septembre 2016une superbe expositionintitulée « Frank Pé ou les Passions de la Faune ».

… Par contre, pour « Frank Pé au-delà de la Bête », n’oublions pas qu’il ne reste qu’une semaineau « Grand Curtius »à Liège, pour découvrir le travaildessinépeint et sculpté, de ce grand auteur de la BD belge.

Yves Calbert.

About Author