CULTURE-MEDIA

Le média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« EN REGARD », AU « DELTA », À NAMUR, JUSQU’AU 13 AOÛT

Espace muséal : Expo « Pierre Dandoy photographie Evelyne Axell » © « Archives de l’Etat »

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « EN REGARD », AU « DELTA », À NAMUR, JUSQU’AU 13 AOÛT

« EN REGARD », AU « DELTA », À NAMUR, JUSQU’AU 13 AOÛT

« En Regard » nous propose, sur deux étages – au « Delta », à Namur, jusqu’au dimanche 13 août -, un dialogue entre une intéressante sélection d’oeuvres des collections du « Musée des Beaux-Arts d’Ixelles », actuellement en rénovation, et de la Province de Namur.

À travers les créations de 38 artistes, belges et étrangers, cette exposition évoque les préoccupations diverses des plasticiens contemporains et dresse en creux les enjeux de notre temps, mais aussi de deux collections publiques. Le choix opéré principalement parmi les acquisitions récentes dresse un parcours sensible à travers une pluralité d’approches.

Les œuvres se répondent par des rapprochements à la fois conceptuelstylistique ou historique. En entrant en résonance, elles font émerger des thématiques et questionnements divers : la dimension politique, l’héritage de la tradition picturalel’impact de la culture populaire,  l’espace domestique, …

angela davis par peter saul

« Angela Davis » (1972) © Peter Saul © « Province de Namur »

Au 2è étage, la première partie de l’exposition nous permet, notamment, d’admirer une lithographie de l’un des derniers artistes contemporains du pop art américain des années ’50-’60Peter Saul San Francisco/1934), « Angela Davis » (1972), qui est, ici, dépeinte en martyre empalée sur le sommet du bâtiment du « Département américain de la Justice », elle qui fut l’une des personnalités emblématiques de la lute contre le racismemembre du mouvement révolutionnaire « Black Panters ». En 1967, Angela Davis Birmingham/Alabama/1944) fut condamnée, à tort, pour meurtre. Fin observateur du monde qui l’entoure, Peter Saul – qui fut présent au « Delta », en 2020, à l’occasion de son exposition « Peter Saul. Pop, Fun, bad Painting and More » – dépeint les Etats-Unisà partir des zones les plus sombres (guerre du Vietnamluttes pour les droits civiques, pollutionmalbouffe, …).

Erotomobile, 1966 - Evelyne Axell

« Erotomobile » (Evelyne Axell/1966) © « Musée d’Ixelles »

Autre artiste pop, mais belge cette fois, namuroise, de surcroit, d’Evelyne Axell (née Evelyne Devaux/1935-1972), nous découvrons son « Erotomobile » (1966), une huile sur toile, porteuse d’un authentique pneu, peint en rouge, au milieu duquel deux femmes échangent un instant de tendresseillustration de sa défense de  la sensualité et de la sexualité féminineelle qui fut, en 1969, la première artiste féminine à recevoir le « Prix de la jeune Peinture belge ». Cette oeuvreprésentée au « Delta », était-elle prémonitoire de la disparition brutale, à Zwijnaarde, de celle qui fut l’une des rares élèves de René Magritte (1898-1967), décédée des suites d’un accident de voiture ? Quoiqu’il en soit, en empruntant quelques marches d’escalier ou l’ascenseur, nous trouvons, au sein de l’Espace muséal du « Delta » , 27 portaits photographiques d’Evelyne Axell, réalisés par un autre NamuroisPierre Dandoy (1922-2003).

« Dimanche après-midi à Berlin » (1990) © Lili Dujourie

Retour au 2è étage, avec une autre artiste belge, aux oeuvres très épurées et rigoureusesLili Dujourie (°Roeselare/ 1941) qui expose  « Dimanche après-midi à Berlin » (1990), une oeuvre en marbre, ainsi qu’une série de six photographies en noir et blanc« Untitled »  (1977), qui nous présente un homme nucouché sur le sol, quipar sa mise en scène et son utilisation du clair obscurpermet à Lili Dujourie  de renverser les conventions.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est paparellalight.jpg

Sans Titre (2018) © Juan Paparella © Province de Namur © Photo : Vincent Everarts

Salle du 2è étage © Province de Namur © Photo : Vincent Everarts

Particularité, deux portraits en pied, réalisés en encre sur papier, nous renvoyant à notre propre humanité, ont été créés par Juan Paparella  Buenos Aires/1965), à l’intérieur humide du Fort d’Eminesl’un des neufs forts de la position fortifiée de Namurdurant la Grande Guerre. Dans son oeuvre, cet artiste argentininstallé, depuis 1991, en Belgiqueaborde l’instabilité du monde et la fragilité de la vie. Le feu en est un élément essentiel. La fumée attaque la surface des objets et la trace donne l’illusion de la combustionLe papier sensible surexposébrûlé par la lumièrene laisse voir que le blanc du supporten remplacement d’une partie de l’image enregistréesous entendant la disparition du passé. Ainsi le portrait étant un motif constitutif de l’histoire de l’art, il évolue avec l’histoire socialethéologique et artistique.

Vue de l’exposition « En regard », avec des œuvres de Michel François et Cindy Wright, au Delta à Namur.

Une scénographie réussie, avec une assiette peinte par Cindy Wright

Gagnons le 3è étage, où notre attention est attirée par une scénographie mettant en relation deux oeuvres. Ainsi nous trouvons une  installation de porcelaines cassées, suspendues à une série de fils, en avant plan d’un tableau de Cindy Wright Herentals/1972), qui travaille à Antwerpen, où elle a obtenu, en 1996, un Master en Arts visuelsà l’ « Académie royale des Beaux-Arts ». Si son tableau, exposé au « Delta », qui fait dialoguer la brutalité d’un cadavre d’oiseau avec la fragilité d’une assiette, fait partie de la collection permanente du « Musée d’Ixelles », nous retrouvons d’autres de ses oeuvres en Californie (« Las Vegas Art Museum »« Frederick R. Weisman Art Foundation »Los Angeles & « Museum of Contemporay Art »-San Diego) , à Hawaï (« Honolulu Museum of Art ») & au Wisconsin (« Madison Museum of Contemporary Art »), mais aussi, plus près de Namur, à Antwerpen (« Royal Academy of Fine Arts »).

EXPO| Entre pop art et bouddhisme au Delta, Martine Canneel rayonne

Martine Canneel fêta ses 85 ans, en 2021, au « Delta » © Photo : « L’Avenir »

Déjà présente au 3è étage du « Delta », en 2021, avec son exposition « Au Soleil du grand Est »ayant étudié à  Bruxellesà l’« ENSAV » (« Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels » de La Cambre, et à l’ « Académie des Beaux-Arts », ainsi qu’à  Versaillesà l’ « École nationale supérieure d’Architecture » et à Parisà la Sorbonneadepte, entre autres du bouddhisme et du  « pop art », l’artiste plasticienne belge Martine Canneel (°1936) nous revient avec une oeuvre particulièreen trois dimensions, de la collection de la Province de Namur, « La Découpe de Cheval » (33 x 33 x 10,5 cm/1976), réalisée avec du bois, de l’éclairagedes  miroirsdu plexiglas et un petit cheval en plastique.

« Découpe de Cheval » (1976) © Martine Canneel © Province de Namur © Ph. : Vincent Everarts

Il y a deux ans, elle nous confiait : « J’ai le souvenir d’avoir de tout temps adoré dessiner et observer avec le plus grand respect toutes les formes de vie et de nature (petite fille, sauver les araignées de la noyade dans les toilettes me semblait une évidence). J’aimais passionnément le soleil, la lumière, les couleurs. La musique (ancienne, baroque, jazz) était également essentielle. Cette grande sensibilité fut source à la fois d’une grande vulnérabilité, pour ne pas dire de mélancolie et de créativité.”

Riche de 15.000 œuvresla collection du « Musée d’Ixelles » s’associe à la collection de la Province de Namur. Plus modeste, cette dernière s’est enrichie d’une trentaine d’œuvres contemporaines, grâce à la politique d’acquisition tournée vers les artistes féminines.

Les œuvres exposées se répondent sur base d’un rapprochement stylistique, conceptuel ou sémantiqueSix champs thématiques ont émergé comme autant de grilles d’analyse. Dans le premier ensemble de l’exposition, la tradition picturale ou sculpturale est revisitée. Dans le deuxième groupe, nous découvrons une sélection d’œuvres d’artistes pop tandis que dans le troisième, des photographies questionnent le lien entre nature et culture.

Visite scolaire, avec une classe de 1ère année © Photo : « Institut Félicien Rops »

Jean-Marie Wynantschef adjoint au Service Culture du quotidien « Le Soir », évoque : « un parcours offrant, au-delà du regard sur deux collections, une entrée en matière idéale à tous ceux qui désirent se familiariser avec l’art contemporain. »

Visite scolaire, avec une classe de 1ère année © Photo : « Institut Félicien Rops »

C’est dans ce but que plusieurs groupes d’étudiants ont bénéficié de visites guidées de cette intéressante exposition nous révélant le travail de : Evelyne AxellStefan BalleuxLéa BelooussovitchMarcel BerlangerDavid BrognonMartine CanneelJohn CluysenaarAnne De GelasDelphine DeguislageEdith DekyndPeter DownsbroughLili DujourieGilbert Fastenaekens Michel François, Jann HaworthSophie KuijkenAriane LozeCharlotte MarchalXavier Mary, Jacqueline MesmaekerHenri MichauxJean-Luc MoermanRenato NicolodiJuan PaparellaBenoît PlateusSophie PodolskiStéphanie RollinGeorges  RousseAidan SalakhovaPeter SaulCarolee SchneemannMimi SmithTrine SondergaardWalter SwennenEmmanuel Van der AuweraMaarten Vanden EyndeMarthe WerySophie Whettnall & Cindy Wright.

14 of 14

« PrevNext »Fermer

Musée d'Ixelles - Museum van Elsene

 

 

 

Ouverture jusqu’au dimanche 13 août, du mardi au vendredi, de 11h à 18h, le samedi et le dimanche, de 10h à 18h. Prix d’entrée 5€ (réductions avec le « Pass Delta »). Contacts : 081/77.67.73 & info@ledelta.beSite web :  http://www.ledelta.be. Restaurant du « Delta » : http://www.laruededemain.be (081/44.44.49).

Par ailleurs, profitant de notre présence au « Delta », signalons la présence de deux expositions des oeuvres du photographe namurois Pierre Dandoy (1922-2003 : « Les artistes namurois sous l’objectif de Pierre Dandoy », au 4è étage, jusqu’au dimanche 06 août, et  « Pierre Dandoy photographie Evelyne Axell », au sein de l’ « Espace muséal »jusqu’au dimanche 15 octobre.

Espace muséal : Expo « Pierre Dandoy photographie Evelyne Axell » © « Archives de l’Etat »

Notons que ce photographe est également honoré, à Namurpar deux autres expositionsdans la cour du « Musée Félicien Rops »avec   « Le bœuf sur le toit », jusqu’au dimanche 29 octobre, et, à la « Galerie du Beffroi », avec « Archives/Saison 1 »jusqu’au samedi 29 juillet.

A souligner, encore, que le « Musée d’Ixelles » expose d’autres sélections des oeuvres de sa collection permanente, d’une part, avec « Arte Belga »à la « Fundación Bancaja », à Valenciaen Espagne, jusqu’au dimanche 30 juillet, et d’autre part, avec « Tapta, Espaces souples »au « Wiels »à Forestjusqu’au dimanche 13 août.

Yves Calbert.

About Author