CULTURE-MEDIA.BE

Média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« COLLECTIONNEUSES ROTHSCHILD. MÉCÈNES ET DONATRICES D’EXCEPTION », À « LA BOVERIE », À LIÈGE, JUSQU’AU 26 FÉVRIER

Cezanne-Les-baigneurs

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « COLLECTIONNEUSES ROTHSCHILD. MÉCÈNES ET DONATRICES D’EXCEPTION », À « LA BOVERIE », À LIÈGE, JUSQU’AU 26 FÉVRIER

« COLLECTIONNEUSES ROTHSCHILD. MÉCÈNES ET DONATRICES D’EXCEPTION », À « LA BOVERIE », À LIÈGE, JUSQU’AU 26 FÉVRIER

Portrait de la baronne Nathaniel de Rothschild (Ary Scheffer) © Photo : Gaëlle Deleflie

Après « En plein Air », en 2016, et « Viva Roma ! », en 2018, un nouveau partenariat de « La Boverie » , à Liège, avec le  « Musée du Louvre »à Paris, nous emmène, sur un parcours de plus de 2.000 m2, dans l’univers de la famille Rothschild, sous le titre « Collectionneuses Rothschild. Mécènes et Donatrices d’Exception »une intéressante exposition, à la scénographie  particulièrement soignée, accessible jusqu’au dimanche 26 février.

© Photo : Igor Pliner

Depuis le XIXè siècle, le nom des Rothschild évoque avant tout l’exceptionnelle prospérité d’une lignée de banquiers. Au fil du temps,
cette dynastie est également devenue synonyme de richesse intellectuelle et artistique. La famille a, en effet, accumulé un patrimoine artistique considérable et procédé à des dons et legs estimés à plus de 130.000 pièces aux seules institutions françaises. Derrière ce nom de famille illustre se cachent donc des personnalités relativement méconnues et un patrimoine insoupçonné.

© Photo : Igor Pliner

Originaire de Francfort, depuis le XVIè siècle, le nom des Rothschild est connu dans toute l’Europecinq branches de cette illustre famille juive de financiers étant implantées depuis le début du XIXè siècle, en Allemagne, en Autriche, en France, en Italie et au
Royaume-Uni.

© Photo : Igor Pliner

Ignorées par l’histoire de l’art, ces neuf femmes d’exception (AdèleAlice, Alix, Béatrice, Cécile, Charlotte, Liliane, Mathilde & Thérèse), à la personnalité singulièrebâtisseuses, collectionneuses, mécènes, qui rassemblèrent des collections d’œuvres d’art remarquablesbâti des palais et fait sortir de l’ombre des jeunes artistes, aujourd’hui reconnus internationalement. Bien souvent absentes de l’historiographie, elles ont contribué de manière significative à la valorisation et à la transmission de leur patrimoine, ainsi qu’à l’enrichissement des collections des musées français.

Charlotte, Adèle, Béatrice, Mathilde, Alice, Thérèse, Liliane et Cécile de Rothschild. Q

© Photo : Igor Pliner

Depuis le XIXè siècle, la famille Rothschild est légendaire dans l’histoire de nos sociétésCette dynastie est devenue, au fil du temps, un synonyme de la réussite dans le monde de la finance, mais aussi dans celui la rich esse artistique et intellectuelle. Derrière ce nom de famille réputé se cache des personnalités méconnues et un patrimoine insoupçonné.

© Photo : Igor Pliner

Parfois très indépendantes, parfois dans l’ombre de leur mari, elles ont joué, avec goût et personnalité, un rôle important dans l’histoire de l’artdu patrimoine historiquede la société et même dans la vie des artistes de leur époque.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Cezanne-Les-baigneurs.png

« Les Baigneurs »/1890 (Paul Cézanne) © Collection particulière © Photo : Gérald Micheels

Si nous pouvons admirer des oeuvres d’artistes réputés, tels que Georges Braque (1882-1963), Alexander Calder (1898-1976), Paul Cézanne (1839-1906), Jean Siméon Chardin (1699-1779), Camille Claudel (1864-1943), Eugène Delacroix (1798-1863), Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), Fernand Léger (1881-1955), Pablo Picasso (1881-1973), Auguste Rodin (1840-1917) et Egon Schiele (1890-1918), ainsi que des tableaux de la Renaissance italienne, nous découvrons, aussi, des bijoux de haute valeur, des coffrets, des porcelaines chinoisesdes objets d’Arts Premiers africains ou venus d’Extrême-Orientvoire d’Amérique latine, sans oublier des instruments de musique, des objets de cultes, d’étonnants petits crânes, des « kriss » indonésiens et une impressionnante collection de pipes de toutes tailles.

© Photo : Igor Pliner

Cette exposition nous présente un parcours constitué de plus de 350 œuvres. De toutes époques et tous horizonselles sont issues d’une quarantaine d’institutions et de collections privées.

Notre visite s’articule autour d’un patio central fleuri, qui évoque l’univers enchanteur des jardins et villas, créé à l’initiative de  plusieurs des “baronnes Rothschild”.

Patio central fleuri et arbre généalogique © Photo : Igor Pliner

Ainsi, Béatrice de Rothschild (1864-1934) ayant découvert la presqu’île du Cap Ferrat, elle y fit construire sa “Villa Ephrussi, un merveilleux palais de style Renaissance, aux allures vénitiennes, le léguant, à sa mort, avec ses jardins, son mobilier et ses collections à l’ « Académie des Beaux-Arts de France », en souvenir de son père, qui en était membre, le testament de Béatrice  stipulant sa volonté de conserver ses collections dans la maison-musée du Cap-Ferrat, dont un accueillant salon est reconstitué à La Boverie, soulignant la superbe scénographie de cette exposition.

Villa Ephrussi, à Saint-Jean-Cap Frenet © Photo : Igor Pliner

Salon reconstitué, à « La Boverie » © Photo : Igor Pliner

De son côté, Alice de Rothschild (1847-1922), de santé fragile, se rendait souvent sur la Côte d’Azur. Séjournant à Grasse, en 1887, elle se laisse séduire par la région, y faisant construire sa « Villa Victoria »Son cousin et héritierEdmond de Rothschild  (1845-1934), légua, en 1927, à la Ville de Grasse, cette incroyable collection, constituée par sa cousine, de 407 pipes et de … boîtes d’allumettesces pipesde tous formatsen bois, céramiqueferivoire ou porcelaine, créées entres les XVIIè au XXè siècles, certaines provenant de la vente, en 1897, des frères Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870).

Une superbe scénographie © Photo : Igor Pliner

Nathaniel de Rothschild (1812-1870), quant à elle, témoignant de ses goûts raffinés, a légué quelques instruments de musique de la Renaissancetel un luth à 6 cordes, en palissandre et ivoireréalisé à Venise, par Moïse Tiffenbrücker, ainsi qu’une précieuse collection d’objets de culte juif, telle une coupe de circoncision d’argent dorécréée à Padoue, au XVIIè siècle, sans oublier des  coffrets, des bijoux de haute valeur, ainsi que des sculptures de Camille Claudel Auguste Rodin.

Sculptures de Camille Claudel et Auguste Rodin © Photo : Igor Pliner

Coffrets de Nathaniel de Rothschild © Photo : Igor Pliner

En 1895, Henri de Rothschild (1872-1947) épouse Mathilde de Weisweiller (1874-1926), qui, infirmière durant la Première Guerre Mondialereçut la Légion d’Honneur, son testament -sous le nom de Mathilde de Rothschild, ayant révélé sa passion de collectionneuse “macabre” de « Memento mori »des têtes de morts miniatures, qu’elle prenait plaisir à collectionner, qui léguées au « Musée des Arts décoratifs »à Paris, sont à découvrir, jusqu’au dimanche 26 févrierau « Musée de la Boverie ».

© Photo : Igor Pliner

© Photo : Igor Pliner

L’une des de RothschildAdèle (1843 -1922) n’était pas collectionneuse. Veuve de … son cousinSalomon Mayer von Rothschild  (1774-1855), décédé à 29 ans, elle hérita, de son mari, de sa collection de porcelaines chinoises et de peintures de la Renaissance. Ayant acquis une luxueuse propriété parisienne« La Folie Beaujon », elle y conçut une salle des curiosités à la mémoire de son défunt époux. Décédée en 1922, elle légua ce bâtiment à l’État français, en spécifiant, dans son testament, que la salle des curiosités devait demeurer intacteEn accord avec ses valeurs, cet « Hôtel particulier Salomon de Rothschild »devint la  « Fondation des Artistes »qui, toujours active au XXIè sècle, continue à soutenir la création artistique contemporaine.

Cabinet de curiosités d’Adèle Rothschild © Photo : Igor Pliner

Cabinet de curiosités d’Adèle Rothschild © Photo : Igor Pliner

Villa Salomon et son cabinet de curiosités, à Paris © Photo : Igor Pliner

Alix de Rothschild (1847-1922) soutint les artistes juifs, ayant suivi de près la scène des arts contemporains, faisant partie, notamment, à Paris, des « Amis du Musée d’Art moderne » et du « Musée de l’Homme », ainsi qu’à Jérusalem, du « Musée d’Israël ». Sa collection, dispersée à son décès, réunissait plus de 2.000 œuvres d’art moderne et contemporain, d’une « Nature morte »de Paul Cézanne, à un masque de l’ethnie Gouro, en Côte d’Ivoire, en passant par des vêtements et parures de  Palestine, du début du XXè siècle. Prouvant ses goûts éclectiques, ainsi que son intérêt pour les Arts Premiers et le Proche-Orient, elle fit don, à Paris, de sa collection d’objets ethnographiques et folkloriquesau « Musée de l’Homme » et au  « Musée des Arts et Traditions populaires ».

Vêtements et accessoires palestiniens d’Alix de Rothschild © Photo : Igor Pliner

Aproximité de ces objets et instruments, nous découvrons des aquarellesréaliséesau cours de ses voyages, par Charlotte de Rothschild (1825-1899), co-fondatrice de la « Société des Aquarellistes français ». À la mort de son mari, elle hérite de sa  collection de tableaux français et hollandais, qu’elle enrichit de peintures de la Renaissancedu XVIIIè siècle et d’artistes de son époque. Du XVè siècle, citons la « La Vierge et l’Enfant au Chardonneret »chef-d’oeuvre attribué au Maître de la Nativité de Castello (vers 1450), ainsi que « La Laitière »de Jean-Baptiste Greuze ( 1725 -1805), léguées au « Louvre », à son décès.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 6.-Maitre-de-la-nativite-de-Castello-676x1024.jpg

« La Vierge et l’Enfant au Chardonneret »/vers 1450 (Maître de la Nativité di Castello) © « Musée du Louvre » 

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est boverie_23_3_laitiere.jpg

« La Laitière » (Jean-Baptiste Greuze) © « Musée du Louvre »

A proximité de ces objets et instruments, nous découvrons des aquarellesréaliséesau cours de ses voyages, par Charlotte de Rothschild (1825-1899), co-fondatrice de la « Société des Aquarellistes français ». À la mort de son mari, elle hérite de sa collection de tableaux français et hollandais, qu’elle enrichit de peintures de la Renaissancedu XVIIIè siècle et d’artistes de son époque. Du XVè siècle, citons la « La Vierge et l’Enfant au Chardonneret »chef-d’oeuvre attribué au Maître de la Nativité de Castello (vers 1450), ainsi que « La Laitière »de Jean-Baptiste Greuze ( 1725 -1805), léguées au « Louvre », à son décès.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est boverie_23_33_igor_pliner_catalogues.jpg

Catalogues, en vente à la boutique du musée © Photo : Igor Pliner

Collectionneuses Rothschild — Liège

© « La Boverie »/Ville de Liège

A noter que le commissariat de l’expo liégeoise « Collectionneuses Rothschild. Mécènes et Donatrices d’Exception » est assuré par Fanny Moensconservatrice de « La Boverie »Vincent Pomarèdeconseiller spécial auprès de la présidente-directrice du     « Musée du Louvre », et Pauline Prevost-Marcilhacydocteur en histoire de l’artmaître de conférences à l’ « Université de Lille »spécialiste des collections de la famille Rothschild.

« La Boverie » © « Liège Tourisme »

Ouverture : jusqu’au dimanche 26 février, du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Billetterie  : billetterie@laboverie.com. Carnet du Visiteur : offert. Catalogue : en vente à la boutique du musée. Contacts info@laboverie.com & 04/221.68.32Site web :  http://www.laboverie.com.

Yves Calbert.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Tumblr
Reddit
WhatsApp
Email

About Author