CULTURE-MEDIA

Le média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« EXPLORATION DU MONDE » : « TOKYO – AU PAYS DES EXTRÊMES » (MAX DAUBER), JUSQU’AU 28 FÉVRIER

tokyo_explo_3_palais

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « EXPLORATION DU MONDE » : « TOKYO – AU PAYS DES EXTRÊMES » (MAX DAUBER), JUSQU’AU 28 FÉVRIER

« EXPLORATION DU MONDE » : « TOKYO – AU PAYS DES EXTRÊMES » (MAX DAUBER), JUSQU’AU 28 FÉVRIER

© « Explo » © Photos : Max Dauber

Le Japon nous fascine à plus d’un titre. Mieux encore, il intrigue.

Comment restituer tous les contrastes qui animent ce pays des extrêmes ?

Pour tenter de cerner l’âme japonaise, nous plongeons dans la plus impressionnante mégalopole du monde : Tokyo.

« Tokyo – Au Pays des Extrêmes » © Max Dauber

Peu de pays font l’objet d’autant d’idées reçuesde clichés et de fausses interprétations.

« Tokyo – Au Pays des Extrêmes » © Max Dauber

La démarche de ce film consiste à essayer d’emprunter les bonnes portes d’entrée … et si mode d’emploi il y ac’est par les arts les plus estimés, ceux de l’architecture, du bain, de l’encens, des fleurs, de la gastronomie, des jardins, du papier, du thé, …, que nous approchons au mieux l’âme japonaise, car,au Japonl’essentiel tend toujours vers l’excellence.  

« Tokyo – Au Pays des Extrêmes » © Max Dauber

En première partie, nous découvrons Tokyo, à sa démesure architecturaleà l’enchevêtrement de ses autoroutes suspenduesà ses forêts de toursqui défient les cieux, ainsi qu’à la quotidienneté des Tokyotes, qui, à l’ombre du béton, préservent, malgré le futurisme, les plus anciennes fêtes et traditions

En seconde partie, nous traversons les îles et campagnes, abordant les mêmes thèmes incontournables de l’art de vivre et de penser à la japonaise.

« Tokyo – Au Pays des Extrêmes » © Max Dauber

Ces deux parties, loin de s’ignorer, vivent ensemble ces riches présent et passé, qu’ils partagent en commun.  

« Tokyo – Au Pays des Extrêmes » © Max Dauber

Présentation du film de Max Dauber, par Philippe Soreil :

« Rome en sept jours » avec Philippe Soreil

Philippe Soreil © Stéphane Laruelle/2015

Depuis 1980, Philippe Soreil Ans/1951) preste comme présentateur radio et télévision, en France, au Luxembourg et en Belgique Producteur d’émissions de fluxde magazines animaliers et nature, mais aussi  d’événementspour « RTL », puis pour la « RTBF », il a réalisé une quinzaine de films documentaires, étant, également, l’auteur de livres animaliersnature et de voyages, il est l’un des présentateurs du « Festival International Nature-Namur » (« FINN »). 

Son esprit d’explorateur-aventurier l’a mené, avec ses caméras, aux 4 coins de la planètede l‘Antarctique aux Galápagos, de la Guyane française à l’Indede l’Okavango à l’Himalaya …

 Ayant dirigé « Exploration du Monde », en Belgique, il a coréalisé – déjà avec Max Dauber – deux ciné-conférences sur la Wallonie puis sur Romeavec, pour chacun d’eux, une version pour la télévision, alors que, pour « Explo », il a présenté et commenté ces deux films plus de 500 fois.

Après avoir sillonné la Francele Québecla Suisse et la Belgique francophoneavec la route des Vikingsentre le Danemark et la Normandie, c’est un tout nouvel univers qui s’ouvre à lui, dont son ami MaxDauber lui a ouvert la voie : Tokyo et les campagnes japonaises.

Quoi de plus excitant que de quitter sa zone de confort pour s’immerger dans un nouveau monde, où tout est différentla curiosité et l’émerveillement restant les meilleurs ingrédients, chez tout cinéaste-conférencier, qui recherche de nouvelles émotions, au-delà de toutes références.

Autant le Japon paraissait inaccessible, autant les enseignements tirés de cette nouvelle expérience lui ont ouvert un nouvel univers et l’ont petit à petit rendu familier à cette culture sociale et humaine qui sortent de tous les codes vécus et assimilés jusqu’ici.

Cette découverte du Japon sur les traces du tournage de ce film, signé de l’un des plus grands réalisateurs historiques d’ « Exploration du Monde »est un cadeau de la vie, qu’il entend bien partager avec le public, dans toute la candeur de celui qui découvre un nouveau coin de la planète, pour la toute première fois !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est explo_logo.jpg

© « Explo »

Par ordre alphabétique des Villes, dates des cinés-conférences d’ « Exploration du Monde » :

  • en février :

à Ath (« Cinéma l’Ecran »)-Lu. 19/20h ; Couvin (« Domaine Saint Roch »)-Me. 28/15h ; Droixhe-Liège (« Ciné Le Parc »)-Sa. 17/ 14h & 17h ; Evere (« Espace Toots ») – Ma. 13/15h & 20h ; Genval (« Centre culturel »)/-Lu. 12/15h & 20h ; Morialmé-Florennes  (« Maison de Village »)-Ma. 20/20h ; Namur (« Caméo »)-Me. 14/14h, 17h & 20h ; Tournai (« Maison de la Culture »)-Je. 08/17h.

Site web : https://explorationdumonde.be/.

Complémentairement à cette ciné-conférence, nous nous devons de conseiller à chacun de voir, en salles, la fiction-documentaire « Perfect Days » (Wim Wenders/Allemagne-Japon/2023/123’/film lauréat, en 2023, du « Prix d’Interprétation masculine », pour Köji Yakusho, et du « Prix du Jury oecuménique »au « Festival de Cannes »)

« Perfect Days » © Wim Wenders

En suivant un homme assurant l’entretien des toilettes publiques de Tokyo, c’est l’occasion de constater l’absolue propreté de ces lieux d’aisance, accessibles gratuitement, le suivant, après son travail, dans les bains publics d’eau chaudeaccessibles après s’être parfaitement lavé (cfr. la photo ci-dessus), une touche écologique nous montrant que cette personne se déplace souvent en vélo au sein de cette ville tentaculaire … Une réflexion émouvante et poétique sur la recherche de la beauté dans le quotidienà Tokyo.

Notons que ce réalisateur allemand, Wim Wenders Dusseldorf /1945) a obtenu, entre 1976 et 2014, 7 Prixau « Festival de Cannes » dont une « Palme d’Or », en 1984, pour sa fiction « Paris-Texas », film pour lequel il obtint, également, au Royaume-Uni, en 1985, le  « BAFTA du meilleur réalisateur ». En 2015, il reçut le « César du meilleur Film documentaire », pour « Le Sel de la Terre », de même qu’en 2014, en Espagne, le « Prix du Public » du « Festival de Saint-Sébastien », sans oublier, la même année, l’ « Ours d’Honneur »pour l’ensemble de son oeuvreà la « Berlinale »en Allemagne, alors qu’en Italie, le « Lion d’Or » lui fut octroyé, en 1982, à la « Mostra de Venise »pour sa fiction « L’Etat des Choses ».Fait, en 1995, en Suisse« Docteur honoris causa » de la  Faculté de Théologie de l’ « Université de Fribourg »il remporta, en 2011, le « Prix du Cinéma européen du meilleur Film documentaire »pour « Pina ». ainsi qu’en France, en 2023, le « Prix Lumière pour l’ensemble de son oeuvre » lui fut décerné.

Yves Calbert,

membre de l’ « Union de la Critique de Cinéma » (« UCC »).

About Author