CULTURE-MEDIA

Le média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

« DES SIÈCLES DE SILENCE : LA DÉCOUVERTE DE L’ANTIPHONAIRE DE SALZINNES », À NAMUR, JUSQU’AU 11 FÉVRIER

« DES SIÈCLES DE SILENCE : LA DÉCOUVERTE DE L’ANTIPHONAIRE DE SALZINNES », À NAMUR, JUSQU’AU 11 FÉVRIER

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » « DES SIÈCLES DE SILENCE : LA DÉCOUVERTE DE L’ANTIPHONAIRE DE SALZINNES », À NAMUR, JUSQU’AU 11 FÉVRIER

« DES SIÈCLES DE SILENCE : LA DÉCOUVERTE DE L’ANTIPHONAIRE DE SALZINNES », À NAMUR, JUSQU’AU 11 FÉVRIER

Expo au TreM. A à Namur : Des siècles de silence. La découverte de l’antiphonaire de Salzinnes

« La Sainte Parenté » (détail) © « SAN »/ »TreM.a »/Province de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab

Jusqu’au dimanche 11 févrierau « Musée provincial des Arts anciens du Namurois » (« TreM.a »), grâce à l’initiative de la « SAN » (« Société archéologique de Namur »), nous pouvons découvrir, au sein de la capitale wallonne, un exceptionnel  manuscrit enluminé, réalisé en 1554-1555, pour l’ancienne chantre Julienne de Glymes, l’ « Antiphonaire de Salzinnes »qui,  provenant, historiquement, de l’ancien abbaye du Val Saint-Georges, à Salzinnesest conservé, depuis deux siècles, à Halifax, au Canada.

Ayant quitté nos régions à l’époque troublée de la Révolution française – qui provoqua le départ des Soeurs cisterciennes vers l’abbaye de Malone -, ce manuscrit enluminé, dont l’existence avait été oubliée, est de retour, pour la première fois, sur le continent européen, pour la plus grande satisfaction des amoureux de l’histoire namuroisede la musique ancienne et du patrimoine artistique.

Expo au TreM. A à Namur : Des siècles de silence. La découverte de l’antiphonaire de Salzinnes

© « SAN »/« TreM.a »/Province de Namur

Réalisée sous le commissariat du Dr Judith E. Dietz, cette exposition événementielle connu d’office un vif succès, lors de son vernissagele  06 octobre 2023, qui bénéficia des présences d’un représentant de l’Ambassade du Canadadu gouverneur de la Province de NamurDenis Mathen, et du député-président, Jean-Marc Van Espencet « Antiphonaire de Salzinnes » – réalisé à la demande de Julienne de Glymesà l’occasion du 350è anniversaire de son abbaye – étant prêté, durant un peu plus de 4 mois, par la « Bibliothèque Patrick Power » de la « Saint Mary’s University », en partenariat avec l’ « Art Gallery of Nova Scotia » (« Musée des Beaux-Arts de la Nouvelle-Écosse » ), sis à Halifaxcapitale de la Province de Nouvelle-Écosse.

Judith Diez, la Commissaire canadienne © « CathoBel »

L’« abbaye cistercienne du Val Saint-Georges »à Salzinnes – totalement abattue en 1820 -, qui fut la plus importante abbaye féminine du Comté de Namur, avait disparu de la mémoire collective des Namurois, sans doute parce que, contrairement à ses voisines de FloreffeMalonne, ou Marche-les-Dames, elle ne faisait plus partie de notre paysage familier, seul un modeste porche de ferme de cette abbayela porte sainte-juliennesubsistant, comme nous le prouve une photo exposée au « TreM.a », qui nous montre qu’elle se trouve devant les bâtiments de l’actuelle Administration provinciale. A noter que dans le quartier namurois de Salzinnes, nous trouvons encore la rue de l’abbaye.

image de l'abbaye

« Album de Croy » (l’abbaye, gouache d’Adrien de Montigny) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur

Notre visite débute par une vitrine nous présentant l’ « Album de Croy »constitué de 32 feuilletsouvert à la page d’une « Vue panoramique de la Sambre »une aquarelle, gouache et peinture dorée sur velin, la mention précisant « Abbaye de Salsainne » plusieurs orthographes se retrouvant, à cette époque, pour évoquer Salzinnes, cet album étant prêté par le « Cabinet des Dessins et Estampes » de la « Bibliothèque royale de Belgique ».

« Namurcum » (Franz Hogenberg, d’après Arnoldus Masius © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur

A côté, nous trouvons « Namurcum »une superbe représentation de Namur et de sa Citadelle, avec ses fortifications urbaines, réalisée, en 1575, par Franz Hogenbergd’après Arnoldus Masius.

En face, l’original se trouvant à Halifaxune reproduction du portrait plein-pied (1852) de William Walch (1804-1858), archevêque, de 1844 à 1858, de l’archidiocèse d’Halifax-Yarmouth.

« L’Annonciation » (détail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

De Paris, ce dernier écrivit (p. 28 du catalogue) à Paul Cullenle 18 septembre 1884 « J’ai fait un grand nombre d’achats pour les besoins des missions … Je suis sur le point de mettre la main sur une très belle statue de Notre-Dame – remontant aussi loin qu’au XIIIè siècle – pour une niche vide la cathédrale d’Halifax. J’ai aussi acheté plusieurs autres statues d’elle des Crucifix et une très respectable statue d’un évêque pour Saint-Patrick. »

« L’Annonciation » (détail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Auparavant, le 15 mars 1843, il avait écrit à Kirby de Kingstown « J’ai grandement ajouté à mon stock de Trésors religieux lors de mon passage en France. » Ces deux extraits de lettres, nous laissent supposer que parmi ces « Trésors »l’archevêque William Walch ait pu ramener l’ « Antiphonaire de Salzinnes » au Canada.

Expositions Des siècles silence : découverte l antiphonaire Salzinnes

« Antiphonaire de Salzinnes » © « SAN »/« TreM.a »/Province de Namur

A côté d’un chevalet de tanneur, ne manquons pas de visionner une vidéo (6’19), « Making Manuscript » (2014), réalisée par le « J.-P.  Getty Trust »de Los Angeles. Comme le titre l’indique, nous découvrons les différentes phases de la réalisation d’un livre en parchemin, semblable à l’ « Antiphonaire de Salzinnes », ce processus laborieux, durant plusieurs jours, requérant la participation de différents artisans (parcheminier, scribe, enlumineur et relieur), le parchemin provenant de l’utilisation d’une peau de mouton, de chèvre ou de veau mort-né (ce dernier pour obtenir un ancien parchemin de luxe, le vélin), celle-ci étant frottée à la pierre ponce, après avoir été lavée à l’eau claire, tendue sur cadre et raclée, les différents cahiers, de 16 à 20 pages, étant cousus à la main, avec du fil de lin.

Une fois reliés, sous des couvertures en bois, recouvertes de tissus précieux, de cuir, voire d’orfèvrerieces manuscrits enluminés comptent parmi les documents historiques, sociaux et sacrés les plus importants jamais créésles antiphonaires, toujours de grands formats, devant être placés sur des lutrins d’églises, ces pages de textes et de musiques devant être vues facilementessentiellement par les personnes constituant le choeur.

L’antiphonaire de Salzinnes

« Antiphonaire de Salzinnes » © « SAN »/« TreM.a »/Province de Namur © Photo : O.L.

De fait, un antiphonaire est un livre de musique traditionnelle que l’on trouve, depuis le Moyen-Âge, dans tous les couvents et monastèresl’art et la musique jouant un rôle majeur dans les pratiques liturgiques, revêtant, en outre, une importance particulière pour l’ordre cistercien, fondé en 1098, par Robert de Molesmeégalement fondateur, la même année, de l’abbaye de Cîteauxce moine français ayant été canonisé en 1220,

L’ « Antiphonaire de Salzinnes », que nous découvrons au « TreM.a »comporte 480 pagespesant … 16,3 kilosson format étant de 61,5 x 39,5 x 14,5 centimètres. Il « est unique en tant qu’exemple d’un manuscrit manifestant la tradition spirituelle, visuelle et vocale de l’ ‘abbaye de Salzinnes’ au milieu du XVIè siècle. En plus de présenter un programme systématique pour la présentation de la liturgie, d’après les conclusions de la recherche l’ ‘antiphonaire’ a été produit comme un document dédicatoire pour les religieuses et un  document mémorial pour l’abbaye, représentant son passé et son présent tout en symbolisant sa continuité » (Judith Dietz/catalogue p. 155).

Expo : L’antiphonaire de Salzinnes ou l’histoire rocambolesque d’un livre de chant

« L’Agonie au Jardin de Getsémané » (déail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Sur le mur jouxtant l’authentique « Antiphonaire de Salzinnes » – qui a, miraculeusement, traversé plusieurs siècles, se retrouvant un jour  de l’autre côté de l’Atlantique, d’où il nous est revenu pour encore une dizaine de jours – nous trouvons les copies de 12 pagesquatre d’entre elles nous présentant les enluminures des Saint.e.s Georges, HubertJulienne et Maurice, la commanditaire de cet  antiphonaireJulienne de Glymesétant également représentée.

« L’Adoration des Bergers » © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

« Les enluminures de l’Antiphonaire de Salzinnes’ reflètent clairement les styles gothique tardif et Renaissance des XVè et XVIè siècles, ainsi que les influences des Ecoles françaiseflamande et italiennePeintes en couleurs vives, toutes les images sont présentées soit avec une bordure décorative ou dans un cadre architectural ; chacune d’elle est unique. Les décorations des bordures donnent une illusion de profondeur et de perspective tridimensionnelle, comme si l’on voyait la scène à travers une fenêtre ou l’embrasure d’une porte. Les ombres peintes et les rehauts représentés tant dans les bordures que dans les images contribuent également à l’illusion tridimensionnelle par un modelé en tons plus foncés » (Judith Dietz/catalogue p. 130).

Les huit autres pages reproduites, illustrent différentes scènes bibliques l’annonciation, les adorations des bergers et des anges, le baptême et la résurrection du Christ, l’agonie au jardin de Ghetsémané, la Sainte Parenté & le Christ en majesté.

« Antiphonaire de Salzinnes » (détail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

A noter que nous pouvons feuilleter son contenu, grâce à une réalisation digitale, chaque page ayant été numériséeà Halifax, grâce au  laboratoire mobile de l’ « ADL » (« Alamire Digital Lab »de la « KUL » (« Katholieke Universiteit Leuven »).

Au-delà du livre lui-même, en découvrant l’exposition, nous entendons, en version polyphoniqueles chants grégoriensdont les partitions sont contenues au sein de l‘ Antiphonaire de Salzinnes, interprétés, a capela, par la chorale féminine wallonne « Psallentes »un ensemble grégorien, fondé, en 2000, par Hendrik Vanden Abeele.

Des chants liturgiques enregistrés accompagnent notre visite © Chorale « Psallentes »

Mieux encore, un écran vidéo nous permetà l’image d’un « karaoké », de suivre, digitalement, l’interprétation des notes écrites dans l’antiphonaire de Salzinnes.

Dans l’une des sallesun diaporama et des photos nous dévoilant le long travail de restaurationréaliséà l’ « ICC » (« Institut Canadien  de Conservation »), par la conservatrice canadienne Sherry Guild et son équipe, alors que nous découvrons, dans une vitrineles deux seuls objets de l’abbaye de Salzinnes une tête de femme coifféeen pierre, et un chandelieren cuivre, ce dernier ayant été retrouvé là où se trouvait le choeur de l’église de l’abbaye.

Sherry Guild & la Restauration © « SAN »/« TreM.a »/Province de Nam

A ce propos, lisons ce quAurore Carlier, conservatrice des collections de la « SAN« , nous confia, lors de la visite de presse :  « On n’a plus rien comme vestiges de cette abbaye qui a pourtant été un pouvoir politique et économique extrêmement important à Namur. Et donc retrouver une pièce qui a été réalisée par les moniales et pour les moniales dans un contexte économique et social extrêmement riche, c’est très précieux et émouvant. »

Dès la seconde salle, nous avions déjà découvert quelques objets de l’époquedont différentes chartes, l’une d’elles étant une « Bulle » du Pape Grégoire IX (1170-1241), conservée par la « SAN », alors que deux bourses à reliquesen lin et fil d’orprêtées par le « Musée diocésain »sont, aussi, exposées.

« Le Baptême du Christ » (détail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Dans la dernière salle, après avoir vu la reconstitution d’un habit de religieuse cistercienne de l’époque, nous trouvons, curieusement, une petite sculpture en bois de Saint-Hubert, nous rappelant que ce dernier est représenté au sein de l’ « Antiphonaire de Salzinnes », alors qu’il est fêté le 03 novembre et que cet « Antiphonaire d’Hiver »exposé au « TreM.a », n’est censé ne couvrir qu’une période commençant le 30 novembre, jusqu’à la veille de Pâques.

L’explication tiendrait dans le fait que Julienne de Glymes vouait un culte personnel à Saint-Hubert et que cet « Antiphonaire d’Hiver » a été réalisé à sa demande, incluant, dès lors, un Saint qu’elle vénère.

« La Sainte Parenté » © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

En nous dirigeant vers la sortie, nous voyons, en peintures de grands formatsles portraits de plusieurs Abbessesdont celui d’Ange de Bellanger, en fonction de 1778 à 1780 – peint, en 1779, par François Baudouin du Tour -, qui se vit refuser, pour raisons financières, par l’abbé de Boneffela construction d’un quartier abbatial, dont nous trouvons le projetréalisé, par un inconnu, à la plumerehaussé d’un lavis surpapier.

« La Résurection du Christ » © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Plus loin, nous voyons des dessins et aquarelles du Général Otto von der Howen (1774-1848), les 4 dernières illustrations (1817-1818)  connues de l’abbaye de Salzinnesune ultime aquarelle (1827) ayant été réalisée après la destruction de l’abbaye, bien avant l’édification, en 1970, du Séminaire du Diocèse de Namur.   

« La Résurection du Christ » © « SAN »/« TreM.a »/Prov. de Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Notre visite se termine avec une vitrine nous présentant, outre des pièces de monnaies aux effigies de Charles Quint (1500-1558) et de Philippe II (1527-1598), une matrice, en bronze, d’un sceau d’Alex Vallon (1442), abbesse de l’abbaye, de 1442 à 1451, sans oublier la copie d’une huile sur bois représentant « Les Saintes de l’Ordre de Citeaux » , réalisé, en 1635, par un artiste inconnu, nous montrant 33 soeurshuit étant peinte en plain pied et les 25 autres en médaillonsdeux religieuses étant des soeurs de sang de Julienne de Glymes appartenant à d’autres Ordres religieux, Françoise étant carmélite et Sybille étant bénédictine.

« L’Agonie au Jardin de Getsémané » (détail) © « SAN »/« TreM.a »/Prov. Namur © Ph. : « Alamire Digital Lab. »

Notons que les noms de plusieurs de ces Soeurs sont à l’origine de noms de villes, comme Hemptine, SenzailleSoyeSpontin, Velaine  Walzin, alors qu’en Brabant Wallonun village se nomme Glimesen hommage à Julienne de Glymes.

Une anecdote encore, à l’époque de la réalisation de l’ « Antiphonaire de Salzinnes », l’année 1555 vit 3 Papes se succéder : de 1550 à 1555, Jules III (1487-1555), du 09 avril au 1er avril 1555 (pour seulement 22 jours), Marcel II (1501 -1555), et de 1555 à 1559, Paul IV  (1476-1559).

                

 Catalogue © Ed. « Art Gallery of Nova Scotia »

              

Ouverture : jusqu’au dimanche 11 février, du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Prix d’entrée (incluant l’accès aux collections permanentes) : 8€ (4€, de 12 ans à 25 ans, dès 60 ans, pour les membres de groupes de minimum 5 personnes / 0€, pour les moins de 12 ans, les enseignants, les « Art. 27 », les détenteurs du « MuseumPassMusées » &, pour tous, le dimanche 04 février. Catalogue (Dr. Judith Dietz Ed. « Art Gallery of Nova Scotia »/broché/2017/240 p.) : 50€Contacts : 081/84.02.00 & info@lasan.beSite web :  https.//www.lasan.be & https.//museedesartsanciens.be.                                                                         

Fichier:Hôtel Gaiffier d'Hestroy (Namur).JPG

Façade de l’hôtel particulier de Gaiffier d’Hestroy et de Tamison © Province de Namur

Soulignons que le « TreM.a » sera fermé pour rénovation, dès le mercredi 21 février. Le bâtiment contemporain ré-ouvrira le vendredi 29 mars, les travaux continuant dans l’édifice historique, l’hôtel particulier de Gaiffier d’Hestroy et de Tamison, édifié au XVIIIè siècle, légué, en 1950, à la Province de Namur.

Bientôt au « Musée de Cluny », à Paris, le « Trésor d’Hugo D’Oignies » © Fond. Roi Baudouin/Prov. de Namur

Profitant de cette fermeture temporaire, le « Trésor d’Hugo d’Oignies », un joyau d’orfèvrerie du XIIIè siècle, sera exposé, pour la première fois, à Parisau « Musée de Cluny ».

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

About Author