CULTURE-MEDIA

Le média de la Culture en Belgique et dans le Nord de la France

69È « BRAFA ART FAIR », À « BRUSSELS EXPO », JUSQU’AU 04 FÉVRIER

Station-forestiere-1960.

Accueil » Home-CULTURE-MEDIA » 69È « BRAFA ART FAIR », À « BRUSSELS EXPO », JUSQU’AU 04 FÉVRIER

69È « BRAFA ART FAIR », À « BRUSSELS EXPO », JUSQU’AU 04 FÉVRIER

Station Forestière, 1960 - Paul Delvaux

« La Gare forestière » (Paul Delvaux/1960) © « Fondation Delvaux »

« Je voulais peindre un tableau fabuleux dans lequel je vivais, dans lequel je pouvais vivre ».

Ces mots de Paul Delvaux (1897-1994), nous les trouvons écrits sur le mur d’accueil de l’espace dédié à la « Fondation Delvaux » (N° 138), créée, à la demande de l’artiste, en 1979, invitée d’honneur de la 69è « BRAFA » (« BRussels Art FAir »), à l’occasion du 30è anniversaire du décès du célèbre peintre belges’inscrivant, également, dans l’ « Année du Surréalisme », marquant les cent ans du  « Manifeste du Surréalisme » (1924), édité par André Breton (1896-1966).

Projet (1953) pour « La Mise au Tombeau » (Paul Delvaux) © « Fondation Delvaux » © Ph. : F. Sebo

 

Au sein de cet espace, où d’anciens bancs de quai de gares nous permettent de récupérer quelque peu, nous pouvons admirer, outre 4 projets,  6 huiles sur toiles « Chrisis » (1967), « Coiffeur pour Dames » (1933), « La Gare forestière » (1960), « La Mise au Tombeau »  (1957, exposé avec son projet de 1953), « La Vénus endormie » (1932, avec trois projets, en fusain sur papier) & « Le Canapé vert »  (1941), des oeuvres que nous pourrons retrouver au « Musée Paul Delvaux »à Sint-Idesbald– Koksijdedès sa réouverturele samedi 30 mars.

« La Mise au Tombeau » (Paul Delvaux/1957) © « Fondation Delvaux » © Ph. : Fabien Sebo

 

Si, bien sûr, ces œuvres ne sont pas mises en vente. Par contre, nombre d’exposants nous permettent de nous procurer des aquarelles, des estampes ou des peintures de Paul Delvaux, notamment « Nu dans l’Atelier » (« Galerie Jean-François Cazeau »/Paris) ; « La Fin du Voyage » (1968), par l’ « Opéra Gallery » (Genève) ; « Femmes devant la Mer » (1928) et « L’Eté » (1963) chez « Francis Maere Fine Arts » (Gent), « La Danse macabre » (1934), chez « Harold t’Kint de Roodenbeke » (Bruxelles), « Deux Femmes » (1950), sur le stand de la « Galerie Oscar De Vos » (Laethem-Saint-Martin), « L’Annonciation » (1952) chez « Van Herck-Eyckelberg »  (Antwerpen), « La Tente rouge » (1966), présenté par la « Galerie Taménaga » (Paris), ainsi qu’ « Alésia ou les Captives » (1973), montré par « Guy Pieters Gallery » (Knokke).

Paul Delvaux (1897-1994), L’Été, 1963. Huile sur toile, 150 x 120 cm. Photo service de presse. © Francis Maere Fine Arts, Gand

« L’Eté » (Paul Delvaux/1963) © « Francis Maere Fine Arts »

Revenons à la « Fondation Paul Delvaux », pour signaler que sa directrice, Camille Brasseur, présentera, le mardi 30 janvier, à 16h, sa conférence « Paul Delvaux. De l’Aube claire jusqu’à la Fin du Jour » (en français), au sein de l’espace voisindédié à la « Fondation Roi Baudouin » (N° 137).

Concernant sa conférenceCamille Brasseur écrit : « Ce sera l’occasion de mettre en lumière la récurrence de thèmes chers à l’artiste et d’établir des liens entre les œuvres méconnues de ses débuts et les pièces maîtresses. Cet itinéraire invite à aller à la découverte de l’œuvre autant que de l’homme, l’un n’allant pas sans l’autre. »

Future exposition (« Fondation Paul Delvaux » & « Tempora ») à Liège © « La Boverie »

Soulignons encore que la « Fondation Paul Delvaux » nous présente, aussi, une vidéo de promotion, pour l’exposition « Les Mondes de Paul Delvaux »scénographiée par « Tempora », qui sera organisée à « La Boverie », à Liègedu vendredi 04 octobre 2024 jusqu’au dimanche 16 mars 2025.

Carnets de croquis de Paul Delvaux © « Fondation Delvaux »/« Royal Chamber of Art Dealers » © Ph. : F. Sebo 

En dehors de son stand, mais toujours à la « BRAFA », nous retrouvons la « Fondation Paul Delvaux » sur le stand de la « Royal Chamber of Art Dealers » (N° 052), qui a reçu, en prêt jusqu’au dimanche 04 févrieroutre 4 oeuvres de Paul Delvaux – « La Terrasse » (1979), « La Robe mauve » (1946), « Les Adieux » (1964), « Etude Squelette » (1949) -, un squelette« Oscar », qui se trouvait dans son atelier de Boitsfort, ainsi que, sous vitrines, plusieurs carnets de croquis et une illustration inédite pour un « Château Mouton Rotchild » (1985), ainsi que nombre d’objets lui ayant appartenus : képi et sifflet de sous-chef de gare, wagons et rails miniaturesun timbre-poste belge (1963), …

« Oscar » de l’atelier de Boitsfort © « Fond. Delvaux »/« Royal Chamber of Art Dealers » © Ph. : F. Sebo 

Paul Delvaux et « Oscar » (hors exposition) © « Fondation Delvaux

Saluons au passage la fort belle scénographiedédiée à Paul Delvaux, avec de grands nuagesrails de trains & éléments de peintures suspenduscréés en 3 dimensions, ainsi qu’une installation d’oyats et de sable, sans oublier le tapis de sol, en nylon recyclé, créé selon le  dallage peint par l’artiste, dans « L’Hiver » (1958), une toile conservée aux « Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ».

Scénographie en hommage à Paul Delvaux © « BRAFA » © Photo : Fabien Sebo

Scénographie en hommage à Paul Delvaux © « BRAFA »

Arrivé au sein de l’espace de la « Fondation Roi Baudouin », notre attention est attirée par un film d’animationréalisé en  « servaisgraphie » – projeté en boucle, sur un grand écran – « Papillons de Nuit » (Raoul Servais Paul Delvaux/Belgique/1997/8’/   film lauréat, en 1998, du « Cristal du meilleur Court-Métrage » et du « Prix de la Critique internationale Fipresci »au « Festival international du Film d’Animation« , à Annecy), une étude de vols de papillons et six celluloïds utilisés pour ce dessin animé étant exposés.

Film « Papillons de Nuit » (Raoul Servais & Paul Delvaux) Raoul Servais © « Fond. Roi Baudouin »

 

Raoul Servais et son « Magritte d’Honneur » (2019/photo non exposée) © « Magritte du Cinéma »

 

Ayant apprécié ce double hommage – à Paul Delvaux et au réalisateur ostendais Raoul Servais (1928-2023), pionnier du cinéma d’animation, qui remporta, en 1979, pour « Harpya », la « Palme d’Or du Court-Métrage »au « Festival de Cannes »un « Magritte d’Honneur », lui étant décerné en 2019 -, nous admirons une huile sur toile marouflée de Fernand Khnopff  (1858-1921) : « Portrait de  Margueritte » (1887), un portrait de sa soeur, en dépôt aux « Musées Royaux des Beaux-Arts »présentée pour la première fois à la  « BRAFA ».

a painting of a woman in a long white dress standing next to a doorway with an open door

« Portrait de Margueritte » (Fernand Khnopff/1887) © « Fond. Roi Baudouin »/« MRBA »

Une étonnante série de 22 collages, dessins & textes, réalisés pour la « Revue du Vendredi », créée à l’initiative du poète belge francophone Paul Colinet (1898-1957), qui, chaque vendredi, entre novembre 1949 et octobre 1951, envoyait ce magazine à son neveu, le dessinateur Robert Willems (1926-2011), résidant au Congo belge, qui retrouvait ainsi le travail d’artistes surréalistes belges, dont Pierre AlechinskyMarcel  BroodthaersChristian DotremontMarcel Mariën & Louis Scutenaire, acquis en 2012, auxquels se sont ajoutés, en 2021, deux texteschacun avec une avec une illustrationde René Magritte, tous étant en dépôt au « Cabinet des Estampes de la KBR ».

« La Dame au Pantin » (Félicien Rops/1883) © « Fond. Roi Baudouin »/« Musée F. Rops » © Ph. : V. Everarts

Au sein de ce même espace, nous découvrons deux versions (1977 & 1983) de « La Dame au Pantin » (1977&1983) et six marginalia  (crayon, pastel & pointe sèche), dont « La Femme au Trapèze » (1882), de Félicien Rops (1833-1898), en dépôt au « Musée provincial Félicien Rops », à Namur.

Bague rosace ornée de diamants avec médaillon acquise par la Fondation Roi Baudouin, qui sera exposé au Musée DIVA

Bague rosace (en émail & or, avec diamants) © « Fond. Roi Baudouin » © Photo : « Les Enluminures Ltd. »

A noter encore la présentation du plus ancien saxophone baryton connu (1846) d’Adolphe Sax (Antoine-Joseph Sax/1814-1894), acquis en 2019, en dépôt au « MIM » (« Musée des Instruments de Musique »à Bruxelles, et une bague rosace (1670-1680), en émail & or, décorée de diamantsporteuse d’un portrait hyper miniature, sans oublier un vase en majoliqueavec un décor mythologiqueNeptune  trident à la mainchevauchant une créature marineen dépôt au « Musée des Beaux-Arts et de la Céramique », à Verviers.

Au sein de ce même espace, 5 autres conférences sont programmées, toujours, à 16h :

  • « Musée Hof van Busleyden à Mechelen : repenser l’exposition permanente » (en anglais), par Hannah Thijsresponsable des Collections & Expositionsle dimanche 28 janvier.
  • « Plus que l’Oeil ne peut voir » (« Mécénat pour la Sauvegarde du Patrimoine et Entreprenariat social » (en néerlandais),  par David Lainé, « senior partner painting conservation & research », à l’ « IPARC » (« International Platform for Art Research & Conservation »), le mercredi 31 janvier.
  • « Mécénat pour la Sauvegarde du Patrimoine et Entreprenariat social » (en néerlandais), par Ann Van Laerenotaire &  présidente de « Pasfoundation » et Mathi Gijbelsprésident de « Gijbels Groep & Partenaire Pasfoundation »le jeudi 01 février.
  • « Partenariats public/privé, dans le Secteur des Arts visuels » « Musée Hof van Busleyden à Mechelen : repenser l’exposition permanente » (en anglais), par Hannah Thijsresponsable des Collections & Expositionsle dimanche 28 janvier., par Annick Schrammeprofesseur à l’ « Univiversiteit Antwerpen » & à l’ « Antwerp Management School »Liliana  Turoiudocteur en Arts visuels & esthétiqueKim Oosterlinckprofesseur à la « Solvay Brussels School of Economics and Management », et Anne Sophie V. Radermeckerprofesseur associé à l’ « ULB », le vendredi 02 février.
  • « Où commence et où se termine l’Authenticité d’une Oeuvre d’Art » (en français), par Eric Hemeleers« Managing Partner » d’ « Eeckman Art & Insurance », en conversation avec Marc Hemeleersdirecteur d’ « Eeckman Art & Insurance »Michel Draguethaut-commissaire au Patrimoine FédéralNicolas Lemmensdirecteur du « Nicolas Lemmens Studio » et Alain Berenboom, avocat, le samedi 03 février.
  • « L’Intelligence artificielle et l’Art : à la Croisée des Chemins » (en français), par Amid Faljaouidirecteur de « Trends-Tendances » & chroniqueur économique à la « RTBF »en dialogue avec Laurent Alexandreauteurdocteur en médecine & chirurgienGuy van Wassenhoveconservateur du « Fonds Baillet Latour », Jacques Englebertavocat (spécialisé en droit des médias) & professeur à l’ « ULB » et Louis de Diesbachde la « Solvay Brussels School ».

Pour cette 69è édition, la « BRAFA » accueille, sur une superficie de 21.000 m2, 132 Galeries, issues de 14 pays (Allemagne AutricheDanemarkEmirats Arabes Unis, EspagneFrance, GrèceItalie, JaponLuxembourgPays-BasRoyaume-Uni Suisse Belgique), une petite centaine d’experts internationaux devant contrôler l’authenticité de 10.000 à 15.000 objets  proposés à la vente, sur une surface de 21.000 m2.

Ambiance de la « Preview » © « BRAFA » © Photo : Fabien Sebo

Si près de 70.000 visiteuses et visiteurs sont attendus à la « BRAFA », notons que parmi les visiteuses et visiteurs de marque, nous retrouvions l’acteur français Christian Clavier, à l’occasion de la « preview » de ce dernier jeudi 25 janvier, et Sophie Wilmèsnotre ancienne première ministrele vendredi 26.

Christian Clavier, lors de la « Preview » © Photo : Fabien Sebo

Parmi les exposants, nous avons aimé :

** « Galerie Marc Maison » (Saint-Ouen-sur-Seine/N° 094), présente pour la première fois à la « BRAFA », nous propose un ensemble unique d’un rez-de-chaussée de 30 m2 de superficie pour 3,80 mètres de hauteur, créé, en 1903, en style « Art nouveau », par Victor Horta (1861-1947), .avec des boiseries en bois précieux et exotiquesdu bronzedu chênedu cuirde l’érable ondédu marbre rouge belge, des statuettes (en plâtre doréde Pierre Bracke (1858-1938), des tentures de la maison lyonnaise « Prelle »une verrière & des vitraux, le tout ayant été réalisé pour la famille Deveterre-Bonnet, issue de la bourgeoisie industrielle de Kortrijk, avant d’être démonté en 1975.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Brafa-VictorHorta-copie.jpg

Décor « Art Nouveau » (Victor Horta) © « Galerie Marc Maison »

** « Galerie Flak » (Paris/N° 092) : une intéressante présentation d’une trentaine de statuettes amérindiennes « Hopi », en provenance de l’Arizona, ainsi que des masques et bois sculptés nous venant de la Côte d’Ivoire, des Fidji, du Gabon, du Mali, du Nigeriade la  Nouvelle Calédonie, de la Papouasie-Nouvelle Guinée & de la République Démocratique du Congosans oublier la présence de l’art eskimo de l’Alaska.

« Poupée Kachina de la Jeune Fille aux Papillons » (Amérindiens Hopi/Arizona) © « Galerie Flak »

** « Galerie Kevorkian » (Paris/N° 034) : d’une grande finesse de traits, nous trouvons, en gouache et or sur papier, de petites oeuvres indiennes, représentatives de l’art moghol (1528-1858), aussi bien qu’originaires de la dynastie perse (actuel Iran), l’encre s’ajoutant à la gouache et l’orde semblables petites oeuvresreprésentatives de l’art safavide (1501-1722).

Oeuvre de l’école moghole (gouache & or/Inde/circa 1740 © « Galerie Kevorkian » 

** « Galerie Ary Jan » (Paris/N° 001), présente à la « BRAFA » depuis 15 ans : notre coup de coeur pour les marines d’un artiste français peu connu, Amédée Julien Marcel Clément (1873-?), qui aime utiliser une grande variété de gris et de bleus, qu’il entrecoupe savamment de blancs et crèmes, pour évoquer la texture miroitante du ciel et de l’eau. Aussi, outre des objets créés en métaux précieux  (argent, aventurine, cristal de roche, jaspe, labradorite, lapis-lazouli, onyx, …), par l’artiste français « Goudji » (Guy Georges AmachoukeliBordjomi/1941), nous découvrons des oeuvres nous venant de Vallaurisde Jean Marais (1913-1998), d’une part, avec son « Lion Soleil »sculpté en bronze, qui fut remis, en 1991, comme « Prix Jean Marais »à l’acteur français Christian Godon (°Valence/ 1961),  517è sociétaire de la « Comédie fançaise », et, d’autre part, de Pablo Picasso (1881-1973), avec l’une de ses céramiques.

« Soir d’Orage, Cantale » (Amédée Julien Marcel-Clément) © « Galerie Ary Jan »

** « Galerie Hioco » (Paris/N° 039) : nous y sommes accueillis par de nombreux Bouddha (tête ou de plain-pied), nous venant de Thaïlandedes périodes AyutthayaLop Buri et Sukhothaïl’hindouisme étant également présent, en provenance de différentes régions de l’Indeces pièces étant sculptées en bronze, en grès ou en pierre noire.

Main img

« Tête de Bouddha » (Thaïlande/période Lop Buri/Thaïlande) © « Galerie Hioco »

** « Huberty & Breyne » (Bruxelles-Paris/N° 054), qui – outre des planches classiques de BD, d’André Franquin (1924-1997), d’ « Hergé » (George Remi/1907-1983), de « Jijé » (Joseph Gillain/1914-1980), de Raymond Macherot (1924-2008), de Jacques Martin (1921-2010)., de « Moebius » (Jean Giraud/1938-2012), de Jacques Tardi Valence/ 1946) & de Maurice Tillieux (1921-1978) – nous présente des peintures et sculptures du célèbre « Chat »créé par Philippe Geluck (°Bruxelles/1954), présent à la « BRAFA »ce dernier vendredi 26 janvier, alors que ses sculptures du « Chat » peuvent toujours être (re)découvertes dans une allée du « Parc Royal »jusqu’au dimanche 11 février. Mais revenons à la « BRAFA »sur ce même stand, pour admirer les toiles de  François Avril Paris/1961), Jean-Claude Götting (°Paris/1963), « Loustal » (Jacques de LoustalNeuilly-sur-Seine/1956) & François Roca (°Lyon/1971), Jacques Barbier de Preville (°Port-Vila/1965), soignant la scénographie du lieu, avec ses montages artistiques valorisant la bande dessinée.

« Quick & Flupke » © « Hergé-Tintinimaginatio 2024 » © « Huberty & Breyne » © Ph. : Fabien Sebo

« Le Martyre du Chat » © Philippe Geluck © « Huberty & Breyne » © Photo : Fabien Sebo

** « Galerie Harold t’Kint de Roodenbeke » (Bruxelles/N° 003), le stand du président de la « BRAFA » : avec des oeuvres de Karel Appel (1921-2006), Paul DelvauxJean-Michel Folon (1934-2005), Keith Haring (1958-1990), Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret-Gris/1887-1965), Constant Permeke (1886-1952), Léon Spilliaert (1881-1946), Rik Wouters (1882-1916), …, ainsi qu’une approche de la bande dessinée, avec 3 planches originales d’ « Hergé » et une de Jacques Martin.

« La Danse macabre » (Paul Delvaux/1934) © « Galerie Harold t’Kint de Roodenbeke »

** « Francis Maere Fine Art » (Gent/N° 040), le stand du vice-présidentsection Art contemporain & moderne, de la « BRAFA », qui nous présente des oeuvres de Pol Bury (1922-2005), Emile Claus (1849-1924), Paul DelvauxChristian Dotremont (1922-1979), Jean-Michel FolonConstant PermekeLéon Spilliaert,  Théo Van Rysselberghe, (1862-1926) & Rik Wouters.

Sculpture de Jean-Michel Folon © « Francis Maere Fine Art » © Photo : Fabien Sebo

** « Galerie Costermans & Pelgrims de Bigard » (Bruxelles/N° 017), la « Galerie Costermans »; fondée en 1839, nous propose une peinture de Pierre Brueghel le Jeune (1564-1638) et un grand choix de mobilier.

« La Mariée de Whists » (Pierre Brueghel le Jeune) © « Galerie Costermans & Pelgrims de Bigard »

** « Galerie Hadjer » (Paris/N° 132), présente pour la première fois à la « BRAFA », qui met en valeur cinq immenses tapisseries de Fernand Léger (1881-1955) – où fusionnent l’abstraction et le cubisme – réalisées en laine, dans les années 1950, en collaboration avec les ateliers d’Aubusson.

Détail d’une tapisserie en laine (Fernand Léger/années 1950) © « Galerie Hadjer »

** « De Jongkheere » (Genève/N° 30), fondée en 1976, à Bruxelles, avant d’émigrer, en 1983, à Paris, et, depuis 2011, au sein du quartier historique de Genève, nous propose des oeuvres de Pierre Brueghel le Jeune (1564-1636), Paul DelvauxRené Magritte  (1898-1967) & David Teniers le Jeune (1610-1690),

« La Légende des Siècles » (René Magritte/1950© « De Jonckheere »

** « Willow Gallery » (London/N° 017) : avec des oeuvres de Bernard Buffet (1928-1999), Marc Chagall (1887-1985), Salvatore Dali (1904-1989), Raoul Dufy (1877-1953), Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) & Maurice Utrillo (1883-1955).

Le Picador

« Le Picador » (Salvator Dali/1971) © « Willow Gallery »

** « Boon Gallery » (Knokke-Heist/N° 026) : parmi les peintures présentées, notons « La Calle » (2010/Fernando Botero),  « Célébration du Nu vert » (1981-1982/Marc Chagall), « L’Homme à la Toque » (1956/Jean Dubuffet), « La Ville Lunaire »  (1944/Paul Delvaux), « L’Ecole buissonière » (1946/René Magritte), en n’oubliant pas une sculpture de Giorgio De Chirico (1988-1978) : « Gli Archeologi » (1986).

Main img

« La Calle » (Fernando Botero/2010) © « Bonn Gallery »

** « Opera Gallery » (Genève/N° 107) : nous présente des oeuvres de Karel AppelFernando Botero (1932-2023), Paul DelvauxJuan Genoves Candel (1930-2020) & Niki de Saint Phalle (Catherine de Saint-Phalle/1930-2002).

« La Fin du Voyage » (Paul Delvaux/1968) © « Opera Gallery »

Vice-président de la « BRAFA »section arts non-européens, Didier Claes, tient à nous dire : « Pour cette édition, nous voulions assurer une grande diversité de spécialités et rester proche de l’ADN de la Foire, qui est à la base une
foire d’antiquaires. De ce fait, (nous présentons) un juste équilibre entre les différents domaines proposés. A travers
cette dynamique, nous souhaitons attirer un public regroupant plusieurs générations. »

© « BRAFA »

Viviane Eemanpour « Paris-Match »Beatrix Bourdon, « Managing Director », confiait : « Nous avons tablé sur un meilleur éclectisme, avec plusieurs nouvelles Galeries spécialisées en art ancien, par ce que ces dernières années, ii y avait une tendance évolutive vers l’art contemporain. En revanche, nous conservons notre disposition du plan de sol, qui mêle les secteurs, afin que le visiteur puisse découvrir des spécialités auxquelles il ne s’attendait pas et avoir un coup de coeur dans un autre domaine. »

Ouverture : jusqu’au dimanche 04 février, de 11h jusqu’à 19h, le jeudi 1er février jusqu’à 22h. Prix d’accès (incluant le plan des Palais 3 & 4) : 25€ (10€, de 16 à 26 ans / 0€, pour les moins de 16 ans. Catalogue (Ed. « Delen Bank »/ cartonné/368 p.) : 20€Prix combinés : 35€, pour 1 entrée & 1 Catalogue / 60€, pour 2 entrées et 1 catalogue. Consigne : 3€ par pièce. Parking C (incluant les navettes électriques vers et au départ du Palais 2) 12€. Métro : à 400 m du Palais 2. Interdits : animaux, sacs à dos, parapluies & prises de photographies sans l’accord de la/du galeriste. Contacts 02/513.48.31 & info@brafa.be. Site web https://www.brafa.art/fr.

Pour les visiteurs qui sont à la recherche de voyages, signalons que le 65è « Salon des Vacances » sera ouvert – du jeudi 01 jusqu’au dimanche 04 février, de 10h à 18h -, sur le site de « Brussels Expo », le Maroc étant le pays mis à l’honneurl’entrée étant prévue au « Palais 5 »jouxtant la « BRAFA ». Ste web : http://www.salondes vacances.eu.

Yves Calbert.

Facebook
Twitter
LinkedIn

About Author